Radulov: premier marqueur du CH? | Une connexion Chicago-Montréal | Des nouvelles de Prust | En rafale

Que se passe-t-il avec Prust ?

Parmi les nombreux joueurs autonomes qui étaient disponibles à l’ouverture du marché, le 1er juillet à midi, le nom de Brandon Prust figurait à quelque part dans la liste. Après une première journée faste où les principaux noms ont trouvé preneurs, les joueurs de second niveau ont commencé à dénicher des endroits où passer la ou les saisons à venir. Encore aujourd’hui, quelques joueurs ont paraphé des contrats ici et là, mais rien pour Brandon Prust, même pas une rumeur, même pas une ligne dans une manchette. Est-ce que l’ex joueur du CH devra se résoudre à accepter une entente à deux volets ? À moins qu’il doive se contenter d’une simple invitation à un camp d’entraînement ? Une autre option pourrait être de s’exiler en Europe ou de signer avec un club de la Ligue américaine de hockey. Enfin, la dernière option pour celui qui a terminé la dernière saison avec l’équipe affiliée aux Canucks de Vancouver pourrait être de se résoudre à prendre sa retraite. Seul le temps saura dire ce qu’il adviendra de sa carrière de joueur, mais on peut dire une chose au sujet de Prust : c’est un homme qui s’est tenu debout contre les plus gros du circuit et qui a encaissé pour le bien de ses coéquipiers.

Chicago-Montréal : gratte mon dos et je gratterai le tien ?

Les mouvements de personnel entre les Canadiens de Montréal et les Blackhawks de Chicago ont de quoi intriguer. Quand Marc Bergevin a cédé Dale Weise et Tomas Fleischmann aux Blackhawks en retour de Phillip Danault et d’un choix de deuxième tour en 2018, plusieurs observateurs ont évalué que Chicago avait donné beaucoup pour obtenir deux joueurs de location, c’est-à-dire un espoir bien aimé de l’organisation et un précieux choix de deuxième ronde, une commodité bien pratique pour compléter un mouvement de personnel. C’est par la suite que les choses ont possiblement pris une tournure qui explique ce premier geste entre les deux équipes, alors que Stan Bowman a refilé Andrew Shaw à Bergevin pour obtenir deux choix de second tour (39e et 45e). Le prix payé pour Shaw, un joueur de troisième trio potable comme il y en a quelques uns de disponibles sur le marché des joueurs autonomes chaque année. Oui, Shaw est un agitateur, mais il demeure un attaquant de bas d’alignement capable de dépanner sur un deuxième trio à l’occasion, un peu comme le faisait un certain… Dale Weise. Ainsi, il est permis de se demander si cette transaction n’est pas un simple retour d’ascenseur d’un DG à un autre.

Alexander Radulov est-il le meilleur avant du CH ?

La question mérite d’être posée : Alexander Radulov devient-il le meilleur avant des Canadiens de Montréal ? Si Alex Galchenyuk et Max Pacioretty sont maintenant des avants de premier trio qui ont fait leurs preuves, il n’en demeure pas moins que l’ajout d’Alexander Radulov vient insuffler un apport de talent qu’il ne faut pas sous-estimer. Radulov de 30 ans (il fête son anniversaire aujourd’hui) est fougueux, rapide et très talentueux. Si Artemi Panarin a fait écarquiller bien des yeux à sa première campagne dans la LNH, chez les Blackhawks de Chicago, il est permis de rêver à une production semblable dans le cas de Radulov. La production de Panarin à ses deux saisons précédentes dans la KHL était inférieure à celle de Radulov.

ARTEMI PANARIN :

2013-14 (KHL) : 20-20-40 en 51 matchs (30 Min. de Pun et plus-21)

2014-15 (KHL) : 26-36-62 en 54 matchs (37 Min. de Pun et plus-18)

2015-16 (LNH) : 30-47-77 en 80 matchs (32 Min. de Pun et plus-8)

ALEXANDER RADULOV :

2013-14 (KHL) : 9-25-34 en 34 matchs (75 Min. de Pun et plus-19)

2014-15 (KHL) : 24-47-71 en 46 matchs (143 Min. de Pun et plus-37)

2015-16 (KHL) : 23-42-65 en 53 matchs (73 Min. de Pun et plus-28)

En rafale

– Des notes du camp de développement des Blue Jackets et de Pierre-Luc Dubois.

– Jusqu’à maintenant, c’est tout en douceur que Mikhail Sergachev s’acclimate à la ville de Montréal.

– Serait-ce une bonne chose de procéder par étapes avec Sergachev et ne pas hâter son arrivée dans la LNH inutilement ? Si le kid démontre qu’il peut tenir son bout lors du camp d’entraînement, pourquoi ne pas lui donner au moins les neuf rencontres permises avant que son année de contrat ne soit brûlée ? Avec un Shea Weber à ses côtés, il aurait tout un mentor pour entreprendre sa carrière professionnelle.

– Le nouveau compagnon de chambre d’Auston Matthews :

– Déjà des partisans de P.K. Subban à Nashville.

 

PLUS DE NOUVELLES