Plusieurs personnes tentent présentement de faire de la Chine un marché (et une puissance) de hockey

Il ne reste plus qu’un mois avant l’ouverture des camps d’entraînement dans la LNH… Moins d’un mois avant l’ouverture du camp des recrues…

Et à peine plus d’un mois avant les deux matchs préparatoires que se disputeront les Kings et les Canucks en Chine! Rappel : Les deux équipes s’affronteront le 21 septembre à Shanghai et le 23, à Pékin. #ÇaApproche

Si je comprends bien, seule une partie de l’équipe des Kings ira en Chine (puisque des matchs seront disputés au même moment, en Californie).

Whatever.

Avec la LNH qui vise désormais la Chine (et qui sera assurément plus ouverte à l’idée d’aller aux Jeux 2022, à Pékin, plutôt qu’aux Jeux 2018, en Corée du Sud)…

Avec la KHL qui a désormais une équipe en Chine…

Des gens d’affaires ont compris que la Chine représentait un excellent risque pour le hockey. Au nombre d’habitants qu’il y a en Chine, si ça lève, ça va être payant! On est juste quelques années en retard sur la planète foot, tsé!

Il y a même un Québécois qui travaille fort pour faire de la Chine une puissance du hockey. Il s’appelle Mark Simon et habite là-bas depuis 2005.

Simon travaille très fort avec Mike Keenan et Phil Esposito afin de mettre en place un programme de hockey de (très) haut niveau en Orient.

« Le hockey est un sport parfait pour la Chine. On y met traditionnellement de l’avant les sports individuels, mais plusieurs parents désirent que leur enfant fasse un sport d’équipe. Le pays compte 1 milliard de personnes, le potentiel est énorme. Il y a encore beaucoup de travail à faire, par contre, surtout en ce qui a trait à la culture et aux valeurs. » – Mark Simon

Reste qu’on est encore loin de tout ça aujourd’hui! La Chine occupe le 37e rang mondial, au hockey (malgré sa population), et il n’y a qu’une trentaine de patinoires de taille conforme au hockey (américain ou international) dans tout le pays!

Le hockey demeure un sport de riches pour l’instant, en Chine (ça peut coûter plus de 10 000 $ par saison pour un parent), et Simon aimerait démocratiser un peu le sport… Le rendre accessible à tous. #GrosTravail

Simon fait aussi partie de l’équipe marketing du Red Star de Pékin, l’équipe de la KHL nouvellement créée en Chine. Il a de l’ambition et les pieds à la bonne place… Mais le défi est-il trop grand pour lui?

Va falloir commencer par engager de bons coachs/pédagogues… Par construire des arénas… D’avoir plusieurs inscriptions (passer de 120 à 2 500 inscrits, c’est encore trop peu)… Bref, de révolutionner une culture sportive! #PasFacile #DéfiColossal

PLUS DE NOUVELLES