Pacioretty peut-il servir d’appât pour Kuznetsov? | Pourquoi le CH en arrache à l’étranger? | McCarron : la chose à ne pas faire

Pacioretty peut-il servir d’appât pour Kuznetsov?

Ici, ce n’est que pure fabulation, ce n’est pas une rumeur, même pas une spéculation, mais j’aimerais soumettre une idée qui pourrait paraître farfelue, mais qui demeure le fruit d’une réflexion et d’un raisonnement logique.

Max Pacioretty est méconnaissable depuis le début de la saison, saison qui s’est amorcée de la mauvaise manière après une Coupe du monde où le pilote de l’équipe Américaine, John Tortorella, s’en est pris à lui et avec l’histoire des propos sévères tenus par Michel Therrien à l’endroit du leadership de son capitaine. On mentionne de plus en plus souvent le nom de Pacioretty parmi les joueurs susceptibles de changer d’adresse et son salaire de 4,5 millions $ pour deux autres campagnes en plus de la présente saison en fait un joueur extrêmement attrayant sur le marché. (Sportsnet)

On a avancé que Marc Bergevin pourrait être tenté de troquer son ailier étoile en retour de renfort en défensive, ce qui constituerait une erreur, puisque le gros problème du CH en ce moment, ce n’est pas la défensive, mais bien la capacité à marquer des buts.

À Washington, Evgeny Kuznetsov connaît des difficultés et le jeune joueur de centre ne semble pas dans son assiette. Récemment, on a fait état des problèmes à venir au niveau de la masse salariale chez les Capitals de Washington, alors que l’équipe devra arriver à trouver un terrain d’entente avec Kuznetsov (salaire actuel de 3 millions $) et Karl Alzner (salaire actuel de 2,8 millions $), deux joueurs autonomes avec compensation à qui on prête l’intention de viser des salaires de 6 millions ou plus. Une transaction entre les deux équipes où les pièces maitresses seraient Kuznetsov et Pacioretty pourrait-elle s’avérer une option intéressante pour Marc Bergevin?

Pourquoi le Tricolore peine-t-il à l’étranger?

Le piètre rendement des Canadiens de Montréal sur la route (4-5-1) comparativement à celui offert à domicile (12-1-1) a de quoi inquiéter la direction de la Sainte-Flanelle. Lorsqu’une équipe évolue sur la patinoire de l’adversaire, c’est l’entraîneur qui visite qui doit d’abord déléguer ses hommes sur la patinoire, tandis que le pilote qui dirige dans son amphithéâtre peut réagir aux actions de son vis-à-vis. Est-ce une des raisons qui expliquent le fait que Montréal n’arrive pas à démontrer la même dominance loin du Centre Bell? Si c’est effectivement le cas, cela vient mettre une ombre importante au travail de Michel Therrien…

Michael McCarron : la chose à ne pas faire

Tandis que plusieurs observateurs voyaient Michael McCarron avec le grand club au terme du camp d’entraînement, le Tricolore a plutôt opté pour un renvoi dans la Ligue américaine de hockey afin que l’attaquant format géant puisse parfaire son apprentissage

Quand on voit jouer le jeune Tom Wilson avec les Capitals de Washington, on ne peut s’empêcher d’établir un parallèle avec l’attaquant Michael McCarron. Wilson n’a jamais été vu comme un joueur offensif, mais il possède suffisamment d’aptitudes pour évoluer sur un troisième trio et apporter une présence physique. Or, depuis son arrivée dans la LNH à l’âge de 19 ans, Wilson a jeté les gants plus souvent qu’à son tour contre des joueurs physiquement plus matures et on lui a demandé de frapper tout ce qui bouge. Résultat? Wilson est confiné à un rôle de soutien, il joue une douzaine de minutes par match et tout indique qu’il ne deviendra jamais, ne serait-ce qu’un genre de Brian Boyle dans la LNH, à moins de rééquilibrer son style de jeu.

Après 23 matchs cette saison, Wilson n’a qu’un point à sa fiche, un but. Les Canadiens doivent impérativement éviter ce genre d’erreur avec McCarron et ne pas s’imaginer que parce qu’un joueur est physiquement imposant, il n’a pas le choix de frapper tout ce qui bouge. De même, ce n’est pas parce qu’un jeune est doté d’un gabarit d’adulte mature qu’il doit absolument jouer contre les meilleurs au monde.

McCarron a suffisamment de talent pour devenir un très bon attaquant de troisième trio, au centre comme à l’aile. Les joueurs dotés d’un pareil gabarit mettent plus de temps à se développer et si on le fait correctement avec lui, le CH aura sous la main un atout que peu d’équipes possèdent et dont tous les directeurs généraux rêvent. La preuve? Le nom de McCarron est celui qu’on voit le plus souvent lorsqu’on parle de rumeurs de transactions entourant le Tricolore. Cela dit, la direction du CH a raison de prendre son temps avec le jeune géant, s’il se développe comme il en a le potentiel, il sera un joueur redoutable. Maintenant, la grande question est : est-ce que l’environnement actuel à St-John’s est propice au développement d’un jeune joueur? #Lefebvre

Pour l’heure, McCarron a été blessé au niveau des mains et il devra visiter l’infirmerie.

 

 

En rafale

– Pour Ken Holland, l’âge n’a pas vraiment d’importance pour un joueur de la LNH.

– Les confidences de Brendan Gallagher.

– Jacques Martin a encore le feu sacré.

– Le jeune défenseur Darnell Nurse, des Oilers d’Edmonton, devra s’absenter pour une longue période, lui qui s’est blessé au bas du corps.

– Un premier jeu blanc cette saison pour Kari Lehtonen.

– Les joueurs de plus de 35 ans dans la LNH

– Drôle de photo souvenir…

– Colby Armstrong semble avoir bien apprécié Milan Lucic.

– Utiliser les récentes cotes d’écoute pour affirmer que le football américain est en voie de disparaître, comme ça a été le cas avec les gladiateurs à l’époque de l’Empire romain… Je me demande quelles étaient les cotes d’écoute à l’époque? #Démagogie (NY Post)

– Kris Baberio!

 

PLUS DE NOUVELLES