On ne doit pas mettre John Tortorella dans le même bateau que Bill Peters

Avec la vague des entraîneurs intimidants ou qui frappent leurs joueurs qui fait rage actuellement, le journaliste Aaron Portzline, du site The Athletic, s’est mis à fouiller au sujet de John Tortorella. Pourquoi? Parce que, évidemment, il demeure un pilote au caractère très bouillant, tout le monde le sait. Il est émotif, il hurle derrière le banc, il se pogne avec les journalistes… quoiqu’il est beaucoup moins pire aujourd’hui.

Bref, le bon vieux Torts a-t-il déjà été trop loin avec l’un de ses joueurs? Portzline a fouillé. Il a contacté d’anciens joueurs qu’a dirigés Tortorella pendant sa carrière, soit avec le Lightning, les Canucks, les Rangers et les Jackets, son équipe actuelle. Selon les dires de certains joueurs, l’entraîneur-chef n’a jamais dépassé la barrière psychologique pour atteindre le niveau « intimidant ».

Brandon Dubinsky, un joueur que Tortorella adore, s’est porté à la défense de son entraîneur-chef indiquant que celui-ci était intense, strict et sévère, mais qu’il n’a jamais intimidé ses joueurs ou été violent avec l’un de ceux-ci.

«Il a un fort tempérament et il essaie certainement de motiver ses joueurs. Mais de l’inclure dans le même groupe que ceux qui sont éclaboussés par ces autres accusations, ce serait complètement malhonnête et injustifié. Si tu regardes toutes ses [fameuses tirades sur Youtube], tu réalises qu’il protège ses joueurs, a fait remarquer l’attaquant. Il va au front pour ses joueurs. Les gens peuvent penser ce qu’ils veulent, mais il fait ce genre de choses pour protéger ses hommes.» – Dubinsky

Les tapes qu’ils donnent à ses joueurs ne sont pas pour les « frapper », mais pour les encourager (les pousser), selon les dires de Derek Stepan. Ajoutons à cela que Torts aime mieux être direct, aller droit au but, que d’utiliser la violence psychologique pour arriver à ses fins.

Le directeur général des Jackets, Jarmo Kekalainen, a également eu de bons mots envers son coach :

«Si tu deviens amer en raison du côté « business », ça peut être difficile sur le plan humain. « Torts » et moi avons souvent des désaccords. Mais je le respecte toujours. Je crois qu’il a le respect de tout le monde.» – Kekalainen

Un jour, quelqu’un m’a indiqué avoir rencontré John Tortorella, à sa sortie de l’autobus au Centre Bell, et celui-ci s’est rapidement dirigé vers la personne en question pour flatter son chien. Ils ont jasé quelques minutes ensemble puisque cet individu en question est passionné des chiens, tout comme Tortorella. Vous savez tous que Tortorella est un passionné de chien, non?

Bref, voici pour la petite histoire.

PLUS DE NOUVELLES