Les Nordiques et les Expos, une question d’enthousiasme | En rafale

Les Blue Jays et les Red Sox sont à Montréal en fin de semaine. Les nouvelles concernant les Hurricanes de Québec se bousculent. Alors parlons sérieusement.

L’actualité sportive québécoise est de plus en plus souvent marquée par des nouvelles annonçant des développements dans les projets de retour de concessions sportives majeures. On peut même ajouter les tractations menées par Michael Fortier pour amener du basketball de la NBA à Montréal.

Les Nordiques seront-ils de retour dès l’an prochain via un déménagement? Est-ce qu’un projet de stade de baseball est réellement sur les rails? On entend des rumeurs, on lit des scoops, on voit du mouvement, mais dans toutes ces histoires, un seul trait commun, l’enthousiasme suscité.

Ne sous-estimons pas la force de cette émotion dans la suite des choses. Parce que de l’enthousiasme, ça va en prendre pour soutenir tous ces projets.

L’enthousiasme, c’est ce qui nourrit l’économie. Et sans une économie grouillante, le sport professionnel majeur ne survivra pas longtemps. L’enthousiasme, ce n’est pas seulement de la fierté, c’est l’envie de s’intéresser, de voir, d’entendre… et de dépenser.

C’est d’ailleurs la mesure de cet enthousiasme que les bonzes de la LNH, du baseball majeur et de la NBA viennent prendre lorsque des événements sporadiques sont organisés.

Dans le cas des Nordiques, il y a longtemps que le travail a commencé. La Nordiques Nation, le groupe J’ai ma place, le maire Labeaume et Québécor ont tour à tour créé le mouvement et la population de la Vieille Capitale a suivi. On connaît la suite. 400 millions de beaux dollars, un amphithéâtre de très haut niveau et des cachotteries de moins en moins secrètes. Québec aura son équipe. Quand? Aucune idée. Mais elle s’en vient.

Les Expos? Les matchs pré-saison des Blue Jays à Montréal pour une troisième année font bel effet. Le maire Coderre est fier comme un paon et se pavane devant les caméras pendant que M.Bronfman travaille calmement et dans l’ombre nécessaire.

La NBA, c’est différent. Je n’y crois pas du tout en ce moment. J’aime beaucoup le basket, mais l’enthousiasme populaire n’est justement pas aussi fort. Normal. Il y a des limites à exalter à tout vent. Conclusion, M. Fortier, vous reviendrez nous voir dans quelques années, on est un peu occupé présentement.

Donc, je reviens à mon point. L’enthousiasme.

Parce qu’une fois que les Nordiques et les Expos seront de retour, il ne faudra pas les traiter comme un tableau qu’on accroche au mur. Vous savez celui qu’on montre à la visite en se bombant le torse et en leur expliquant à quel point la technique utilisée pour l’achever relève du génie que notre époque comprend encore mal. On s’habitue à l’avoir dans le décor, on ne le regarde plus, puis on finit par le ranger au sous-sol.

Non, il faudra l’entretenir. Comme une maison neuve. En sachant qu’on a payé un peu plus cher que prévu, mais pas assez pour l’équiper au complet. Les armoires de la cuisine sont en mélamine et le sous-sol pas fini, mais tout est neuf alors tout va bien. La visite sera nombreuse et régulière au début parce que c’est hot le nouveau.
Mais quand viendra le temps de réparer ce qui ne tient pas aussi bien qu’on l’espérait et d’améliorer les endroits plus faibles, est-ce que les proprios vont avoir les moyens de leurs ambitions ? Ça coûte cher des ambitions.

Sauf que c’est ce qui garde l’enthousiasme vivant. Et qu’est-ce qui a fini par tuer les équipes qu’on a tant aimées et qu’on souhaite tant revoir? L’économie.

Et pour ceux qui m’ont suivi depuis le début, l’économie est nourrie par quoi ? Eh oui, l’enthousiasme.

Celui des fans, celui des dirigeants, celui des médias, celui des acheteurs de publicité, des restaurateurs, des touristes, de tout le monde.

Parce qu’il y a une chose dont tout le monde doit se rappeler. Les propriétaires de ces équipes sont enthousiastes, si nous le sommes. Eux, ce qui les rend enthousiastes, c’est le profit que votre enthousiasme engendre. Sans votre enthousiasme, ils s’en iront… Encore.

Ce ne sont pas tous des mécènes comme Joey Saputo, vous savez.

Et les Nordiques, comme les Expos, ne seront jamais les Canadiens. Ne le prenez pas mal, c’est un fait.

En rafale
– Ben Scrivens portera le numéro 30 avec les IceCaps de St.Johns :

– Pour une fois que Bergevin ne racontait pas de bullshit :

https://twitter.com/Blacklight911/status/715994808590925825

– Pierre LeBrun y va avec son « classement » pour le trophée Norris :

– Nicklas Backstrom est blessé au haut du corps et il ne sera pas en mesure d’affronter l’Avalanche du Colorado :

– Fucale à l’honneur :

– Russell Martin a changé de plan de match pour cette saison :

– Le maire Coderre la veut son équipe chérie :

– David Price est-il plus cute que P.K. Subban? (25stanley)

– On doit comprendre quoi à travers les propos d’Éric Gagné?

– Bon match!

PLUS DE NOUVELLES