Michel Bergeron aurait donné n’importe quel joueur en retour d’Anthony Mantha

Quand Michel Bergeron ouvre la bouche sur les ondes de TVA Sports, on a parfois droit à des commentaires intéressants…

Mais d’autres fois, on se demande si on a bien entendu.

L’ancien entraîneur des Nordiques – qui a déjà coaché Dale Hunter si vous l’aviez oublié – a été appelé à commenter la transaction qui a envoyé Anthony Mantha à Washington hier.

Disons que le Tigre aurait BEAUCOUP aimé voir un joueur québécois comme Anthony Mantha débarquer à Montréal. Moi aussi, j’aurais aimé ça… mais clairement pas autant que Michel Bergeron.

Voyez ce que le coloré commentateur québecorien avait à dire :

« On l’a échappé (à Montréal) […] Je suis assommé […] Honnêtement, je regarde la formation des Canadiens, et il n’y a aucun joueur que je n’aurais pas donné pour obtenir Mantha. AUCUN! M’entendez-vous? AUCUN! » – Michel Bergeron au sujet d’Anthony Mantha

Dire que Mantha, un ailier droit gaucher de 26 ans mesurant 6’5, aurait pu aider le CH est une chose.

Dire que tu aurais donné n’importe quel joueur de l’équipe pour obtenir des services en est une autre.

Oui, Mantha a récolté deux points hier soir à son premier match avec les Capitals…

Mais il n’a que 23 points en 43 matchs en 2021. Il n’a jamais inscrit plus de 25 buts dans une même saison. Ni plus de 48 points!

Il est bon, Mantha, même s’il est inconstant et parfois peu dans le trafic… mais je répète : Michel Bergeron aurait donné n’importe quel joueur du Canadien pour l’obtenir, lui et son contrat de 5,7 millions $ pour encore trois saisons complètes.

Gallagher, Anderson, Suzuki, Kotkaniemi, Petry, Romanov, Price, Primeau…

Le Tigre aurait dit à Steve Yzerman : « prends qui tu veux et on a un deal! »

Je peux comprendre l’excitation de l’ancien coach, mais il y a des limites, non?

Sinon, ça veut dire que la formation du Canadien est VRAIMENT misérable. Mantha n’est pas McDavid. Ni Draisaitl, Matthews, Crosby ou Ovechkin…

Bien évidemment, Michel Bergeron pondère encore à la hausse le fait d’être québécois. Pas certain que Mantha aurait pu davantage dealer avec la pression montréalaise que Jonathan Drouin, ceci dit.

« Quand des Québécois comme Mantha ou Huberdeau sont disponibles, tu ne peux pas les laisser passer. Ce sont des Québécois et surtout, ce sont aussi de grands marqueurs. »

Michel Bergeron aurait probablement été le premier à dire que Mantha doit en donner plus, si on l’avait acquis en retour de Kotkaniemi ou Suzuki.

PLUS DE NOUVELLES