Maxime Comtois a un allié de taille à Anaheim

Samedi dernier, j’ai eu la chance d’assister à la quatrième Classique KR de Kevin Raphaël, où plusieurs joueurs de la Ligue nationale se rejoignent pour la cause. Des joueurs comme Pierre-Luc Dubois, Anthony Beauvillier, Frédérik Gauthier, Anthony Duclair, Mathieu Joseph, Jean-Sébastien Dea et Maxime Comtois étaient sur place. Comtois a su appuyer sur l’accélérateur lors de certains moments pendant cette joute pour amasser des fonds… Lorsqu’il appuyait sur le champignon, il volait littéralement. Comme on l’indique dans le jargon, la « coche » y était. Comtois a vécu de GROS moments émotifs lors de la campagne 2018-19, autant négatifs que positifs.

Le plus gros chapitre de sa dernière saison : la cyberintimidation qu’il a subie à la suite d’un tir de pénalité raté lors des quarts de finale du Championnat du monde des moins de 20 ans. À la suite de cette « bévue », son compte Instagram a débordé de propos haineux, allant même jusqu’à lui souhaiter la mort. INCROYABLE, mais vrai! Ce fut un moment très ardu, où il a dû s’éloigner des réseaux pour le bien de sa famille et lui-même.

Ça, c’est maintenant du passé et Comtois ne s’est pas gêné pour effectuer un retour sur Instagram. Voici justement une discussion brève entre Jean-François Tremblay et Comtois :

« Toute cette histoire est derrière toi ?

– Oui. C’est fini.

– Tu n’as jamais hésité à publier une autre photo et à faire partager ton quotidien ?

– Non [il sourit]. »

Donc, désormais, il peut focaliser sur les Ducks d’Anaheim, avec qui il devrait certes percer l’alignement. La saison passée, il a joué 10 joutes à Anaheim, où il a récolté un total de sept points. Il s’est aussi pointé chez les Voltigeurs, où il a inscrit un total impressionnant de 48 points, dont 31 buts en seulement 25 joutes (il a aussi ajouté 11 buts en 16 rencontres éliminatoires). Puis, pour couronner cette saison remplie de bonnes performances malgré la mésaventure avec Team Canada, il est débarqué chez les Gulls de San Diego afin de ramasser neuf points en 12 matchs éliminatoires.

Il n’a toutefois pas dissimulé que cette saison avait été ardue :

Ç’a été difficile [comme saison]. Tout le voyagement, jouer pour différentes équipes, dans différents systèmes. Je retiens de ma saison que mon jeu n’a pas changé, peu importe le niveau où j’ai joué. J’ai réussi à avoir de la constance toute l’année. C’est ce que ça prend pour arriver au prochain niveau, et c’est là-dessus que j’ai travaillé. – Comtois

Bref, tout ça pour indiquer que le pilote derrière le banc était Dallas Eakins, le nouvel entraîneur-chef des Ducks d’Anaheim. Est-ce que cette embauche jouera en la faveur de Comtois? Selon lui, non. Mais Eakins semble un fervent amateur du Québécois, donc s’il se présente au même niveau mental que le printemps dernier avec les Gulls, il entamera certes la campagne à Anaheim.

PLUS DE NOUVELLES