Martin St-Louis veut garder Cole Caufield avec le grand club

En début de semaine (lundi soir, pour être plus précis), je signais un texte dans lequel j’affirmais que Cole Caufield allait devoir prouver qu’il mérite sa place avec le grand club, et ce, très rapidement. Le retour de quelques blessés et ses contre-performances depuis le début de la campagne faisaient en sorte que je le voyais retourner à Laval imminemment pour reprendre confiance s’il ne démontrait pas une grosse amélioration cette semaine.

Cinq jours et trois matchs plus tard, Caufield a bel et bien démontré que sa place est actuellement à Montréal. Il m’a fait mentir (et on me l’a souvent souligné à la blague cette semaine) avec deux buts à ses deux derniers matchs et avec trois solides performances.

Et maintenant que Caufield semble avoir retrouvé sa confiance, il faut s’attendre à ce qu’il reste à Montréal à court terme. En plus, il a un allié important dans l’organisation : Martin St-Louis.

Durant le match, Patrick Lalime a affirmé qu’il avait pu parler à St-Louis et que ce dernier veut garder Caufield au sein du grand club. Il veut l’aider dans son développement et devenir son conseiller.

Visiblement, il semble avoir un impact positif sur le jeune marqueur. On ne change pas une formule gagnante.

Renaud Lavoie a toutefois affirmé que la situation pourrait changer si jamais le Rocket de Laval accède aux séries. Dans ce cas, on pourrait décider de l’envoyer là-bas pour lui permettre de jouer des matchs plus importants.

C’est un bon compromis, selon moi.

Mais revenons-en au match d’aujourd’hui, parce qu’au-delà de Caufield, il y a eu d’autres joueurs qui se sont signalés pour des bonnes et des moins bonnes raisons.

Qu’est-ce que je retiens de cette neuvième défaite de suite du Canadien?

1. En plus de Caufield, Ryan Poehling et Joel Armia ont été très solides sur le même trio que le jeune franc-tireur. Un peu comme pour Caufield, je voyais Poehling retourner à Laval au début de la semaine pour faire de la place à Christian Dvorak (qui n’est jamais revenu, en fin de compte). Finalement, il a saisi sa chance et il a lui aussi connu une excellente semaine.

Quant à Armia, je pense qu’il a fait plus de belles choses cette semaine que depuis le début de la saison en entier. Et j’exagère à peine : il est impliqué, il provoque des choses et il obtient des chances de marquer. Peut-être que de jouer avec les deux jeunes lui donne un peu de motivation, mais dans tous les cas, espérons que ça perdure. Armia a déjà connu de telles séquences : c’est la constance au fil de la saison qui fait (extrêmement) défaut dans son cas.

2. La vraie histoire du match, toutefois, c’est l’excellente performance de Samuel Montembeault, qui a retrouvé la zone dans laquelle il était à la mi-janvier. Il a fait oublier ses récents mauvais départs avec une sortie qui aurait dû lui rapporter une victoire. Il a toutefois manqué de support offensif pour une énième fois.

3. Le match de Montembeault fait en sorte que je me demande comment on gérera le filet entre Andrew Hammond et lui. Hammond arrivera à Montréal demain et il pourrait obtenir le départ.

4. Après un bon match jeudi soir, Jeff Petry a été le défenseur le plus utilisé par Martin St-Louis cet après-midi (23:26) et a terminé la rencontre avec un différentiel de +1, un tir au but et deux mises en échec. Il a toutefois écopé d’une mauvaise pénalité en fin de troisième période qui aura coûté au moins un point au Tricolore.

Plusieurs s’arrêteront à sa pénalité (et avec raison), mais quant à moi, Petry n’a pas été épouvantable si on regarde l’ensemble du match.

5. On a revu des flashs du Brendan Gallagher des beaux jours pendant le match. Il est encore relativement invisible, mais j’ai aimé ce que j’ai vu aujourd’hui.

6. Journée de travail plus difficile pour Rem Pitlick, Jake Evans, Josh Anderson, Kale Clague et Brett Kulak.

7. Martin St-Louis Luke Richardson a remanié ses duos défensifs durant le match.

8. Tous les attaquants de l’équipe ont obtenu au moins un tir (sauf Paul Byron). Tyler Toffoli en a d’ailleurs amassé sept.

9. Ben Chiarot et Paul Byron ont retraité au vestiaire pendant le match (mais sont revenus par la suite). Il ne faut vraiment pas que Chiarot se blesse avant la date limite des transactions, et on comprend ceux qui espèrent qu’il sera échangé le plus rapidement possible pour éviter un tel scénario.

10. Le Canadien a écopé de quatre pénalités et n’a bénéficié que d’un seul avantage numérique.

11. Mis à part une « bataille » contre Chris Wideman, Max Domi a été plutôt invisible ce soir.

12. Elvis Merzlikins a lui aussi été très solide devant son filet. Le gardien des Blue Jackets s’est signalé à plusieurs reprises, surtout en troisième période. Il a notamment volé deux buts certains à Cole Caufield et à Kale Clague qui auraient pu donner l’avance au CH.

13. Patrik Laine a tout un tir sur réception.

14. C’est la première fois en 82 ans que le Canadien perd neuf matchs de suite. C’est une saison qui passera à l’histoire pour les mauvaises raisons.

15. Somme toute, le Canadien s’est bien battu et aurait pu (dû?) remporter ce match. Espérons que l’effet Martin St-Louis se traduira éventuellement en quelques victoires : les gars jouent du bien meilleur hockey, mais il manque encore un petit quelque chose. Et ce soir, il n’y a pas l’excuse des gardiens de but.

PLUS DE NOUVELLES