Malgré les améliorations, des questions demeurent quant à l’alignement du Canadien

Les circonstances actuelles liées à la pandémie de COVID-19 nous privent en ce moment de voir le meilleur alignement (sur papier) que le Canadien de Montréal a formé depuis plusieurs années. Une attaque composée de trois très bons trios, une défense physique et un tandem de gardiens qui peut prétendre au titre de meilleur duo de la ligue, les éléments sont réunis pour voir la Sainte-Flanelle se rendre jusqu’en séries éliminatoires.

Malheureusement, bien que les signes pointent vers un retour au jeu d’ici quelques semaines, rien n’est officiel pour le moment.

Toutefois, il faut être réaliste : l’équipe a beau regorger de talent, reste qu’il ne serait pas surprenant de devoir attendre quelques matchs avant de les voir atteindre leur plein potentiel. En effet, le camp d’entraînement sera grandement écourté et avec un aussi grand nombre de nouvelles acquisitions, la cohésion ne sera peut-être pas immédiate entre les joueurs.

Plusieurs questions demeurent, donc, comme l’explique Arpon Basu, de The Athletic.

Avec un calendrier de 56 matchs qui serait l’option actuellement favorisée selon Pierre LeBrun, il faudrait toutefois que ça se fasse le plus rapidement possible. Oui, le tandem de gardiens pourra permettre à l’équipe de souffler un peu, mais l’attaque devra être un facteur si le Canadien veut être compétitif.

Claude Julien a présentement un beau problème : il a beaucoup d’options et doit trouver la formule magique pour que tous ses joueurs fournissent à leur plein potentiel. Tout porte à croire que le trio Tatar-Danault-Gallagher sera réuni, mais par la suite, difficile à dire. Drouin, Suzuki, Kotkaniemi, Toffoli, Anderson, Lehkonen, Armia et Byron seront probablement tous de la formation dès le premier match, mais comment les agencer?

Votre prédiction est aussi valide que la mienne.

L’entraîneur du Canadien n’a d’ailleurs toujours pas décidé, lui non plus, mais apprécie la profondeur de son alignement. Voici ce qu’il a répondu à Basu lorsque ce dernier lui a demandé s’il pouvait révéler les trios qu’il comptait former pour le premier duel de la saison.

Non, parce que ça va changer demain. C’est la beauté de la chose. J’aime le fait que je peux déplacer des gars, et ce n’est pas comme si un trio allait s’améliorer et l’autre s’affaiblir. Si je fais un changement, ce sont probablement tous les trios qui auront l’occasion de s’améliorer. C’est ce que j’aime dans la profondeur de ce groupe en ce moment. – Claude Julien

Parlant de Julien, il a également parlé de ce qu’il pensait de la « division canadienne » plus tôt cette semaine. Il avoue que le projet est intéressant et qu’il a hâte d’évoluer dans celle-ci (si jamais l’idée est retenue), mais que certaines rivalités avec des équipes américaines lui manqueront.

Bref, le Canadien a le talent sur papier, mais pour que l’équipe atteigne son plein potentiel, Claude Julien devra trouver les bons agencements.

PLUS DE NOUVELLES