Lou Lamoriello confirme pratiquement le manque de leadership de son groupe | En rafale

Pour moi, le leadership au sein d’un groupe de joueurs de hockey est primordial. Le talent, le travail et le leadership sont des incontournables lorsque l’on édifie une formation. Si l’un des trois éléments est manquant dans l’équation, ça devient plus difficile d’accéder au next level.

On jase énormément du futur talent brut qui pousse et qui s’en vient chez les Maple Leafs de Toronto, qui remodèle cette concession depuis l’embauche de Brendan Shanahan, Lou Lamoriello et Mike Babcock. Le talent est de plus en plus étincelant avec Austin Matthews, Mitch Marner, William Nylander et Morgan Reilly, par exemple. L’intensité est également au rendez-vous depuis que les pions ont gobé le système de jeu du pilote, Mike Babcock. Sans omettre le grit des gars comme Leo Komarov et Matt Martin (nouvellement ajouté).

Mais est-ce que le leadership est omniprésent dans ce vestiaire depuis le départ de Dion Phaneuf? Vous allez me dire que Phaneuf n’est pas un bon leader, mais je n’ai pas le même discours du côté d’Ottawa puisqu’il prend beaucoup de place dans le vestiaire… et qu’il a été nommé adjoint au capitaine par Guy Boucher. Les gars sur le beat des Sens mentionnent que c’est lui qui prend la parole dans le vestiaire depuis son arrivée.

Si je reviens aux Leafs, lorsque je lis ce genre de propos au sujet d’un futur capitaine, livrés par Lou Lamoriello, je me dis que ce vestiaire n’a aucun vrai leader qui se démarque (encore).

« Je ne pense pas qu’il y ait un échéancier. Nous pourrions, ou pas. Je pense que Mike (Babcock), Brendan (Shanahan) et moi allons en parler. Mais pour l’instant, nous n’avons pas de capitaine et n’avons pas décidé qui nommer ou non. Mais ce n’est pas quelque chose qui est très haut sur notre liste de priorités pour l’instant. »

S’il y avait un vrai capitaine naturel au sein de ce groupe, Lamoriello n’aurait pas tenu ce type de propos. S’il y avait un gars qui se démarquait plus qu’un autre, il aurait déjà un « C » de brodé sur un chandail, non? Tout ça pour dire que les Leafs s’améliorent, mais qu’il manque encore des éléments afin de se faufiler au sein du premier tiers. Du moins, c’est mon opinion.

Pourquoi ne pas nommer Brooks Laich comme capitaine de « transition »?

En rafale
Rappel : Tomas Jurco pourrait revenir seulement au mois de novembre.

– Selon Alex Ovechkin, il a trop de gros moments dans sa carrière pour qualifier le (futur) duel contre le Canada comme un gros moment de celle-ci.

– John Tortorella l’a dit : les États-Unis n’avaient pas la même profondeur et le même talent que le Canada.

Dean Lombardi, le D.G. des Américains, a mentionné que si c’était à refaire, il rebâtirait son équipe avec les mêmes joueurs.

– À Denver, on commence à oublier Patrick Roy… il était temps.

– Brent Burns a aidé le collègue JT Utah à vaincre sa phobie des serpents…

PLUS DE NOUVELLES