Lias Andersson a dû vendre sa voiture pour payer une amende en Suède

Lorsque les Rangers ont sélectionné Lias Andersson en première ronde (7e au total) en 2017, ils croyaient avoir mis la main sur un joueur qui allait leur donner du gros hockey pendant au moins une dizaine d’années.

Les scouting reports décrivaient le jeune attaquant suédois comme étant un excellent joueur d’équipe qui joue toujours la pédale au fond. On vantait le hockey IQ, le maniement de rondelle, la vitesse et l’efficacité dans toutes les zones d’Andersson. Certains faisaient aussi la promotion de son esprit de compétition lorsqu’il a lancé sa médaille d’argent dans la foule en 2018 (U20) alors que d’autres le décrivaient plutôt comme étant jeune, immature et selfish.

Mais Andersson a davantage été une distraction qu’autre chose en Amérique jusqu’ici.

Le premier choix des Rangers n’a récolté que 9 points en 66 matchs dans le circuit Bettman, en plus d’en obtenir 39 autres en 74 rencontres dans la Ligue américaine. Même s’il n’a rien brûlé dans la AHL, le principal intéressé a constamment mis de la pression sur les épaules de la direction des Blue Shirts, en privé comme en public, pour jouer dans la LNH (et avoir un rôle important).

Résultat : il a terminé la saison dernière en Suède… et il y joue encore présentement. Son nom a souvent été lié à des rumeurs de transactions – combien de fois a-t-il été rapporté qu’il avait demandé une transaction et que c’était fini pour lui à New York? – et ce qui devait arriver arriva. Le 7 octobre dernier, il a été échangé aux Kings en retour d’un choix tardif de deuxième ronde. À noter que son père travaille comme recruteur pour les Kings.

Espérons pour lui qu’il participera au prochain camp des Kings et qu’il parviendra à percer la (faible) formation californienne…

Parce que pour l’instant, tout ne va pas super bien pour Andersson. Vraiment pas même!

Au début du mois, Andersson a été suspendu pour cinq rencontres après avoir distribué cette violente mise en échec au visage de Lulea Jonas Berglund. #AngleMort

Cette suspension lui a aussi valu une amende de 80 5000 couronnes suédoises, soit l’équivalent d’environ 10 000 USD (et 3,5 fois son salaire brut mensuel).

Puisqu’il n’est pas aussi riche que Carey Price ou Shea Weber, Andersson a tout simplement dû vendre sa voiture pour payer l’amende. Je ne blague pas. Je rapporte les infos de Johan Svensson, journaliste pour l’Expressen.se.

https://twitter.com/Olles_Husse/status/1318571807943892993

Andersson est désormais de retour à la compétition et on espère qu’il aura appris un peu de cette (autre) mésaventure. Du talent, il en a beaucoup… mais il devra trouver un moyen de mieux gérer ses émotions. Autant sur la patinoire qu’en-dehors de celle-ci.

Distribuer une mise en échec dangereuse peut coûter TRÈS cher.

Anderson touchera un salaire annuel de 832 500 $ (NHL) et 70 000 $ (AHL) s’il revient en Amérique en 2020-21. Il sera ensuite admissible à l’autonomie avec restriction.

PLUS DE NOUVELLES