L’étrange (et louche) situation médico-familiale de Tyler Pitlick

Le Canadien a (enfin) remporté une deuxième victoire consécutive hier… pour la première fois de la saison. Il aura fallu attendre à la fin du mois de février pour voir le CH signer deux gains de suite.

Après 50 matchs (sur 82), le Canadien occupe toujours le dernier rang du classement général, trois points derrière les Coyotes.

(Crédit: NHL.com)

Oui, gagner fait du bien à l’équipe, à ses partisans et aux réseaux médiatiques partenaires….

On a pu le voir dans le sourire des joueurs qui retraitaient au vestiaire après les deux derniers matchs…

Mais il faudra faire attention de ne pas « trop gagner ». Le CH a une position favorable dans le boulier et au prochain repêchage amateur à protéger, t’sais…

Reste qu’avec une fiche de 10-33-7 et « seulement » 32 matchs à disputer encore, ça devrait aller. Au mieux pire, les hommes de Martin St-Louis grimperont vraisemblablement d’un échelon ou deux. On devrait être correct…


Qu’est-ce que je retiens de ce gain de 3 à 2 en fusillade à Long Island?

1. L‘effet Vincent Lecavalier Martin St-Louis commence à tranquillement se faire sentir sur la patinoire. Les gars prennent de meilleures décisions, ils n’accordent pratiquement jamais 40 tirs à l’adversaire, ils ont simplifié leurs choix et ils sont plus agressifs en échec-avant offensif, ce qui cause des revirements et leur procure de bonnes chances de marquer supplémentaires.

À chaque nouveau match, on semble voir un Canadien meilleur que celui qu’on a pu voir lors de la partie précédente. Et je ne dis pas ça juste parce qu’il parvient à aller chercher des victoires…

Dominique Ducharme entraînait de façon à faire fitter chacun de ses joueurs dans un système de jeu plutôt rigide où chacun devait faire exactement telle ou telle chose. Martin St-Louis, lui, coach des individus à prendre (le plus souvent possible) les meilleures décisions pour le groupe selon une prise d’informations adéquate, un processus décisionnel clair/rapide et quelques concepts de base.

À noter que Martin St-Louis n’a pas dormi à l’hôtel hier, mais plutôt chez lui avec sa famille. Plusieurs membres de sa famille et de nombreux amis ont d’ailleurs assisté à la rencontre d’hier.

2. À sa première présence en bleu, blanc, rouge – et à son premier match dans la LNH en près de quatre ans -, Andrew Hammond a offert une excellente performance devant le filet des Habs. Il a repoussé 30 des 32 tirs dirigés vers lui, en plus de ne flancher qu’à une seule reprise en tirs de barrage (sur trois tentatives). Hammond, 34 ans, a la combativité d’un kid de 18 ans qui joue pour son pays… et on a pu voir les joueurs apprécier cette détermination et cette résilience après son dernier arrêt en fusillade.

Outre une mauvaise séquence en 2016-17, le Hamburglar a toujours maintenu d’impressionnantes statistiques dans la LNH.

(Crédit: NHL.com)

À noter qu’il portait un nouveau masque à l’effigie du Canadien… et tout le reste de son équipement vert aux couleurs du Wild.

3. Nick Suzuki (1 mention d’aide, 22:11), Josh Anderson (1 but, 21:38) et Cole Caufield (1 mention d’aide, 1 but en fusillade, 19:38) ont connu un excellent match. #1erTrio

Caufield a cinq points en cinq rencontres depuis l’arrivée de Martin St-Louis…

4. La LNH s’est ravisée et a finalement donné le premier but à Jeff Petry, et non Michael Pezzetta. Même s’il a donc terminé la rencontre sans point, Michael Pezzetta a encore une fois prouvé sa valeur. Il a permis à Jeff Petry d’inscrire son deuxième but en trois matchs – il a quatre points en trois parties – et il a dérangé l’adversaire, surtout en début de rencontre (notamment pour envoyer Matt Martin au cachot en première).

Pezzetta avait regardé les cinq derniers matchs du haut des gradins.


5. Jeff Petry a disputé un gros match, obtenant aussi deux tirs au but, quatre mises en échec, deux tirs bloqués et aucune pénalité en plus de 23 minutes passées sur la glace. S’il peut continuer d’aligner les performances de la sorte, sa valeur augmentera et il redeviendra peut-être échangeable. #Patience

6. Ben Chiarot, qui effectuait un retour au jeu après une semaine sur la liste des blessés (pied/cheville), a été le défenseur le plus utilisé par Luke Richardson (23:48). Renaud Lavoie avait pourtant dit qu’il ne dépasserait plus jamais le cap des 22 minutes dans l’uniforme du Canadien…

7. Kale Clague a été très peu utilisé (12:15). Clague et Wideman ont de la difficulté à suivre le rythme de la LNH par moments…

8. Rem Pitlick, Ryan Poehling, Paul Byron, Laurent Dauphin, Artturi Lehkonen, Jake Evans, Brett Kulak et Alexander Romanov ont tous fait de belles choses durant la rencontre. Ça a toutefois été plus difficile (encore) pour Mike Hoffman et Brendan Gallagher, qui ont chacun passé moins de 14 minutes sur la patinoire.

Gallagher (6,5 millions $ par saison) n’a pas récolté un seul point lors de ses 12 derniers matchs.

9. Les joueurs du CH ont été plus indisciplinés que ceux des Islanders, ils ont été incapables de profiter de leurs deux avantages numériques et ils ont flanché à une reprise en infériorité numérique. Il faudra faire mieux.


10. Maudit que Cal Clutterbuck frappe dur. Était-ce Chiarot ou lui que Joe Sakic était venu observer hier après-midi?

11. La précision de Josh Anderson, c’était quelque chose. Les mains de Rem Pitlick en fusillade aussi…

12. Le Canadien n’a pas tiré de l’arrière de la rencontre; il n’a donc pas eu à jouer du hockey de rattrapage. Ça aide, inscrire le premier but.

13. Ça fait du bien de ne pas voir systématiquement notre équipe manger des volées et d’avoir un bon spectacle à se mettre sous la dent devant notre téléviseur. Hier, j’ai eu du plaisir à regarder le match. Et je n’ai pas été le seul…

14. Est-ce qu’on aurait remporté ce match avec Cayden Primeau au lieu d’Andrew Hammond devant le filet? Je ne pense pas.

Lundi chez le Canadien

Les hommes de Martin St-Louis n’auront pas eu le temps de célébrer leur victoire new-yorkaise. Les gars sont entrés dans l’avion vers 19h00 et ont atterri à Montréal une heure plus tard.

Ce matin, seuls les joueurs (assez en santé) qui n’ont pas joué hier patineront à Brossard (vers 11h30). On s’attend donc à voir Cédric Paquette et Samuel Montembeault sauter sur la patinoire. Est-ce que Joel Armia et Christian Dvorak, tous deux blessés, seront de « l’entraînement »?

Est-ce que Jonathan Drouin sera assez en forme pour patiner? Et Joel Edmundson? Et Mathieu Perreault? Et David Savard?

Est-ce que Carey Price, qui entame une nouvelle semaine, tentera à nouveau de patiner (sans enflure) en solitaire?

Mais surtout… est-ce que Tyler Pitlick se pointera enfin le bout du nez à Brossard? Il a été échangé en retour de Tyler Toffoli il y a une semaine et depuis, on nous répète que sa femme est sur le point d’accoucher. A-t-elle donné naissance à l’enfant du couple?

À noter que le nom de Pitlick est toujours inscrit sur la liste des blessés de l’équipe. Pitlick n’a pas joué un seul match depuis le mois de janvier. Est-il à Montréal au moins pour soigner sa blessure?

Si Chantal Machabée me lit ce matin, je lui suggère amicalement de nous fournir une mise à jour concernant Tyler Pitlick. Sinon, on va commencer à croire qu’il ne souhaite juste pas venir à Montréal…

Rappel : Corey Schueneman a été placé sur le protocole COVID-19 après l’entraînement de samedi. Il ne sera donc pas disponible ce soir.

Quel gardien sera envoyé devant le filet ce soir face aux Maple Leafs? Puisque le Canadien se retrouve au beau milieu d’une séquence de trois matchs en quatre jours, il y a matière à penser que ce sera Samuel Montembeault…

Mais St-Louis pourrait-il avoir envie de miser sur le momentum de son nouveau gardien trentenaire?

Rappelons que 10 000 partisans pourront prendre place dans le Centre Bell ce soir. Ça va bien aller faire du bien!

Hâte de vor la réaction des partisans lorsque Martin St-Louis sera présenté à la foule… de même que la réaction de ce dernier.

Est-ce que le Tricolore sera en mesure de signer une troisième victoire consécutive? Les Leafs (32-13-3) ne seront pas une proie facile…

PLUS DE NOUVELLES