Les Rams remportent le 56e Super Bowl

Super Bowl 56 is in the books!

Quel match! Quel spectacle! Quelle soirée!

Comme chaque événement de la sorte, les auditeurs en ont eu pour leur argent. Les spectateurs au stade, peut-être pas ; les prix sont tellement élevés qu’on peut se demander sincèrement si assister au match (et au spectacle de la mi-temps) vaut vraiment la peine. Mais bon…

Ce sont les Rams de Los Angeles qui ont gagné le match ultime par la marque de 23-20.

Fin du parcours cendrillon et inspirant de Joe Burrow et sa troupe, donc.

Dès le début de la rencontre, après avoir forcé Los Angeles à dégager, les Bengals ont décidé d’y aller en quatrième essai et court, mais la grosse défensive des Rams a tenu le coup. Résultat : Matthew Stafford a repris le ballon au milieu de terrain et a fait payer la décision des Bengals.

Une petite passe à Cooper Kupp a permis à la formation californienne de se placer en bonne position pour marquer des points. Stafford a par la suite rejoint Odell Beckham Jr. dans la zone des buts.

C’était rapidement 7-0 LA à ce moment.

Oui, c’était réellement Baker Mayfield le problème à Cleveland…

Cincinnati a répliqué à la fin du premier quart. Tout a commencé par une longue passe de Joe Burrow, qui a été attrapé spectaculairement par son bon ami Ja’Marr Chase, contre l’un ou sinon le meilleur demi de coin de la NFL, Jalen Ramsey.

Les Rams ont limité les dégâts en accordant seulement trois points.

Comme il l’a fait tout au long de la saison, Stafford a passé le ballon à sa cible favorite dans la zone des buts, Cooper Kupp. Le joueur offensif de l’année a donné une avance de dix points aux Rams. 13-3.

La conversion d’un point a été ratée.

Les Bengals ont utilisé un jeu truqué pour réduire l’écart. Joe Mixon s’est pris pour Joe Burrow avec une passe de touché à Tee Higgins.

Jeu planifié? Chose certaine, c’était 13-10 à ce moment.

C’est de cette façon que la première demie s’est terminée. Place maintenant au spectacle de la mi-temps.

Je n’ai peut-être que 19 ans, je n’en ai pas vu une tonne, des spectacles de la mi-temps, mais sincèrement, celui-là était (de loin) le meilleur que j’ai regardé. En tant que grand fan d’Eminem, je peux dire que j’ai eu des frissons lorsqu’il est arrivé sur scène avec sa chanson Lose yourself.

Sur Twitter, les gens pensent comme moi, d’ailleurs.

L’image suivante doit définitivement être immortalisée à tout jamais :

Le spectacle a donné de l’énergie à la troupe de Zac Taylor. En revenant du vestiaire, Cincinnati a marqué un touché dès les premiers instants. Un touché qui n’aurait pas dû compter…

Regardez par vous-même l’obstruction offensive :

Matthew Stafford a repris possession du ballon par la suite, mais a lancé une interception. Résultat : les Bengals ont rajouté trois points au tableau indicateur. 20-10 Bengals.

En fin de match, lorsque le pointage était de 20-16 en faveur « des visiteurs », Los Angeles a remonté tout le terrain pour reprendre les devants après une panoplie de pénalités aux Bengals.

Cooper Kupp (qui d’autres?) a attrapé une passe d’une verge de Matthew Stafford.

Est-ce qu’une minute et 25 secondes (et deux temps d’arrêt) est assez de temps pour Joe Burrow et sa bande? La réponse est non. Burrow a manqué de magie à la toute fin.

En quatrième essai et une verge à franchir, la pression d’Aaron Donald était trop forte pour lui. Résultat : Los Angeles s’envole vers une victoire et une deuxième conquête du trophée Lombardi de son histoire.

Prolongation

– Brendan Gallagher doit être triste, lui qui est un fan fini des Bengals.

– L’événement a si bien commencé. Merci à Dwayne « The Rock » Johnson.

– C’est Billie Jean King qui a eu l’honneur de faire le coin toss.

– Pas comme si le Super Bowl leur coûtait beaucoup de sous…

PLUS DE NOUVELLES