Les Maple Leafs ont demandé à un jeune partisan du CH (blessé) de quitter l’aréna

Maudit qu’il y a des gens qui manquent de jugement dans la vie. Il y en a qui étaient partis aux toilettes quand le petit Jésus a distribué le gros bon sens aux gens.

Salutations à ma grand-mère pour ces quelques mots.

Il y a clairement (au moins) un employé des Maple Leafs qui ne déborde pas de bon jugement, disons…

Samedi soir, lors de la période d’échauffement précédant le duel Canadiens vs Maple Leafs à Toronto, Nick Suzuki est allé dans les estrades afin de donner l’un de ses bâtons à un jeune partisan du CH. Il lui a aussi remis un autographe, en plus de prendre une photo avec lui.

Ce n’est pas la première fois cette saison que l’on voit Suzuki ou Cole Caufield interagir avec des partisans durant le warmup. Cool!

Le père du jeune en question a tenu à remercier Suzuki et le Canadien pour ce geste… expliquant par le fait-même que si Suzuki s’est rendu dans les estrades, c’est parce que le petit Hunter s’est blessé à la lèvre lorsque Suzuki lui a envoyé une rondelle au préalable. Il n’a pas été en mesure de l’attraper, sûrement trop stressé.

Pourquoi est-ce que je parlais de bon jugement et de gros bon sens en introduction? Parce que des employés de l’aréna ont interdit à la famille d’avoir un bâton à l’intérieur.

« On a dû quitter la rencontre parce que le bâton n’était pas permis […] C’était en quelque sorte brutal, ils ont dit que c’était considéré comme une arme. Pauvre petit garçon qui avait la lèvre enflée et qui n’a pas voulu abandonner son bâton. Nous sommes donc retournés à l’hôtel. » – Steven Beauparlant, père du petit Hunter

Sérieux?

Je peux comprendre qu’on interdise aux gens d’entrer dans l’aréna avec des bâtons de hockey…

Mais de là à sortir un kid qui vient d’en recevoir un de son idole suite à une (petite) blessure? No way!

On peut penser que la famille, étant près de la bande lors de la période d’échauffement, avait dépensé une petite fortune pour sa soirée (hôtel, billets, restaurants, déplacements, etc.).

Les employés de l’aréna torontois auraient pu offrir à la famille de garder le bâton au sol jusqu’à la fin de la rencontre…

Ou encore de leur prendre, puis de leur remettre à la fin de la partie.

Comme le disait si bien le Barron à l’époque sur les ondes de RDS : Pas fort, chef!

Aurait-on agi différemment s’il avait été question d’un jeune partisan des Maple Leafs et d’un bâton d’Auston Matthews? La question mérite d’être posée.

À noter que le Canadien étudie et analyse la situation présentement.

Fera-t-on une plainte à la LNH? Aux Maple Leafs?

Offrira-t-on d’excellents billets à la famille pour une partie au Centre Bell? Je suis pas mal certain que Chantal Machabée est sur le cas et qu’elle trouvera une idée fantastique au cours des prochaines heures. Si ce n’est pas déjà fait…

À suivre.

PLUS DE NOUVELLES