Les Maple Leafs misent eux aussi sur l’expérience dans leur alignement

La jeunesse ou l’expérience?

Depuis quelques jours, c’est une question qui revient souvent dans l’univers du hockey professionnel montréalais. Après tout, suite à la décision de ne pas envoyer Jesperi Kotkaniemi, Cole Caufield et Alexander Romanov dans l’alignement, plusieurs ont jugé que, surtout dans le cas d’une équipe qui ne devrait pas (à moins d’un miracle) remporter la Coupe Stanley, il valait mieux envoyer les jeunes dans la mêlée pour leur permettre de profiter de l’expérience des séries.

J’en fais d’ailleurs partie.

Bref, du côté de Montréal, on privilégie l’expérience. Or, du côté de Toronto, on fait en réalité la même chose, alors que le quatrième trio sera formé de Joe Thornton, Jason Spezza et Wayne Simmonds. Trois joueurs qui ont vu neiger, si vous me passez l’expression!

Guillaume Lefrançois s’est penché sur la question plus tôt en soirée, et une phrase en particulier m’a marqué dans son texte :

La différence, cependant, est qu’à Toronto, ces choix ne se font pas au détriment d’espoirs qui font saliver les partisans. – Guillaume Lefrançois

Et il est exactement là, le problème.

Le problème, ce n’est pas nécessairement qu’Eric Staal et Corey Perry (ou n’importe quel autre vétéran) soient en uniforme. Le problème, c’est que les joueurs qui sont laissés de côté sont les joueurs du futur de l’équipe.

Je vais prendre l’exemple de Joel Armia pour expliquer mon point. Tout d’abord, les chances de le voir revenir à Montréal en 2021-22 sont plutôt faibles, lui qui sera agent libre sans restriction et qui, à moins d’une surprise, ne devrait pas recevoir de nouveau contrat de la part du Canadien.

Même si Armia n’est pas un vilain joueur et qu’il possède des qualités qui font de lui un gars qui pourrait être utile en séries, le Tricolore n’est probablement pas une équipe qui a de réelles chances de remporter la Coupe Stanley.

Et c’est pour cette raison qu’on doit profiter de cette année pour permettre aux jeunes de prendre du galon quand ça compte.

Toujours pas convaincu de la distinction entre les deux? Regardez ces deux listes :

  • Cole Caufield, Jesperi Kotkaniemi, Alexander Romanov
  • Alex Galchenyuk, Pierre Engvall, Adam Brooks

La première représente les trois meilleurs espoirs du Canadien tandis que la seconde représente des joueurs qui ne sont pas des figures de proue en devenir du côté de Toronto. Ce qu’elles ont en commun, par exemple, c’est qu’elles représentent toutes les deux des joueurs qui n’auront pas la chance de sauter sur la glace demain soir.

Oui, en séries, il faut miser sur l’expérience, surtout si on aspire aux grands honneurs. Or, il ne faut pas laisser la jeunesse de côté. Ce dernier point, Toronto l’a compris, mais Montréal ne l’a pas fait. Dans les dernières années, les Leafs ont fait jouer des gars comme Auston Matthews, Mitch Marner et William Nylander en séries même s’ils n’étaient pas expérimentés, et loin de moi l’idée d’affirmer qu’ils atteindront assurément ce calibre, mais pour avoir une chance de le faire, KK, Caufield et Romanov doivent jouer en séries.

Je m’attends à ce que (tout comme Perry et Staal, d’ailleurs) le trio Thornton – Spezza – Simmonds joue du bon hockey en séries, et en plus, celui-ci ne brimera pas le futur de l’organisation torontoise. Elle est là, la distinction.

PLUS DE NOUVELLES