Les fans du Canadien se défoulent sur Chantal Machabée à la suite d’une défaite

Moi, Chantal Machabée, je l’aime. Je ne parle pas d’amour, mais d’admiration. Une femme de caractère et TRÈS solide dans le métier qu’elle pratique si bien. Cette femme, c’est l’idole de ma copine et son passage aux Francs-Tireurs a démontré clairement son étoffe.

En démarrant, Dutrizac cite que ce ne sera pas une entrevue de la pauvre femme dans un monde d’hommes. La réponse de Chantal, du tac au tac : « Je suis une heureuse femme dans un milieu d’hommes! »

Une femme authentique! Courtoisie : Télé-Québec

Cet interview résume parfaitement le type d’humain qu’elle est. Cela dit, voici les séquences qui sont venues m’interpeller lors de cette entrevue savoureuse.

Lorsque le Canadien subit un revers, plusieurs personnes vont se défouler sur elle (on le vit nous aussi). Ils dompent leur frustration via les réseaux sociaux et il n’y a aucune délicatesse. Lorsqu’elle souligne les changements de trios, elle peut recevoir une tonne de bêtise : « On s’en c*lice! ». « T’es une connasse! ». « Tu ne connais rien! »

D’autres peuvent même l’attaquer sur son physique et émettent des commentaires de nature sexuelle. Si elle vante un joueur, des gens vont même jusqu’à dire qu’elle a fort probablement déjà eu une relation intime avec le joueur en question. Son poids, ses cheveux, ses vêtements sont même jugés…

Dans le passé, elle a déjà reçu, à deux reprises, des menaces de mort. Une femme lui laissait des messages sur sa boîte vocale et grâce à ses collègues, la journaliste a finalement porté plainte aux autorités. Ça ne reste que du hockey, bâtard!

Mais avec les années, elle s’est habituée à ce rythme de vie. Elle reçoit moins de ce type de commentaires depuis un reportage aux États-Unis. Le reportage où des femmes journalistes, comme elle, lisent les messages qu’elles reçoivent sur les réseaux sociaux. Bref, ce reportage a fait diminuer de 90% les commentaires haineux.

Au sujet de la consommation de la cocaïne dans la LNH, Machabée en entend parler depuis ses débuts… et selon elle, le fléau est plus élevé que peut le penser Gary Bettman.

Si vous n’avez pas contemplé cet épisode, faites-le, ça viendra vous chercher!

PLUS DE NOUVELLES