Les espoirs du Canadien ont adoré travailler avec Marie-Philip Poulin

À mon avis, le Canadien a réalisé plusieurs bons coups lors de la dernière année. Premièrement, l’embauche de Martin St-Louis. Il est évident que d’avoir une légende derrière le banc aidera les jeunes de l’équipe à bien progresser. Et en plus, St-Louis semble être un maître de la communication.

Ensuite, il y a eu l’embauche de Chantal Machabée. Tous s’entendent pour dire qu’elle était la personne parfaite pour l’emploi et on peut déjà voir l’impact qu’elle a dans l’organisation. Depuis son arrivée, les joueurs sont plus accessibles, les dirigeants aussi et tout le monde semble se laisser un peu plus aller devant les caméras. Comme si les médias n’étaient plus vus comme l’ennemi, mais plutôt comme une façon de communiquer avec les partisans.

Et finalement, il y a eu l’embauche de Marie-Philip Poulin. Celle-ci est passée un peu plus sous le silence, mais ça demeure une embauche exceptionnelle selon moi. On parle d’une des meilleures joueuses de hockey de tous les temps. Non seulement cela, mais elle fait partie de la génération présente. Les jeunes joueurs ont donc grandi en la regardant jouer.

Et si on se fie à Owen Beck et Luke Tuch, les jeunes joueurs de l’organisation ont adoré la côtoyer lors du dernier camp des recrues.

D’abord, Tuch la décrit comme étant la Wayne Gretzky du hockey féminin. Et honnêtement, c’est difficile de le contredire. Elle est le visage de Hockey Canada depuis les Olympiques de 2010 à Vancouver, où elle avait marqué le but gagnant. Depuis, elle ne fait que s’améliorer et elle demeure, aujourd’hui, la meilleure joueuse au monde de façon pratiquement unanime.

Et puis, Owen Beck dit que le simple fait d’avoir une conversation avec Poulin est fantastique. Et encore une fois, c’est difficile de le contredire. Poulin a dû se battre toute sa vie pour avoir ce qu’elle a aujourd’hui. Et même là, elle continue à se battre pour mettre le hockey féminin de l’avant et pour essayer de lui faire une place sur la scène sportive. Non seulement elle est talentueuse, mais elle veut faire avancer son sport, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Elle a dû passer à travers plus d’adversité que la plupart des joueurs, simplement parce qu’elle est une femme. Et je suis plus qu’heureux de voir que les jeunes de l’organisation du Canadien sont en mesure de le reconnaître.

En rafale

– On n’en parle pas assez.

– Vraiment étrange comme histoire.

– Intéressant.

– Une autre blessure pour Taylor.

PLUS DE NOUVELLES