L’entraîneur-chef de Oilers ne partage pas les mêmes sentiments que les partisans au sujet d’Eberle

Le pilote des Oilers d’Edmonton Todd McLellan est en train d’instaurer une culture gagnante au sein d’un groupe qui ne semblait plus maîtriser ce terme depuis 2006. L’arrivée de Connor McDavid a revigoré cette franchise, mais a éteint Jordan Eberle, qui a plié bagage vers Long Island. Lors d’un point de presse, l’entraîneur-chef de cette meute a démontré qu’il n’était nullement ébranlé par ce traité.

Sans avoir évoqué le nom d’Eberle lors de son discours estival, le coach a placé quelques mots qui indiquaient presque clairement qu’il était question de son ancien poulain : « Il n’y a pas eu de surprise dans les mouvements complétés. Les entraîneurs et la direction discutent régulièrement et le terrain devait être préparé pour les futurs contrats de Connor et Leon. Peter doit construire une équipe sur la glace et il doit également gérer les finances de l’équipe! »

McLellan ne semblait pas inclure Eberle dans le « core » de son alignement. Ajoutons à cela que certains adeptes de l’équipe ont été chatouillés par cette transaction, un sentiment que ne semble pas partager leur entraîneur-chef…

Au sujet de son train allemand, McLellan a été ferme : « Leon veut absolument être un Oiler et l’organisation tient à lui. Je suis excessivement confiant de le voir lors du lancement du camp automnal! »

Des déclarations qui ne sonneraient pas à Montréal puisque les exposés sont comme ceux que nous faisions au secondaire : ils sont préparés.

PLUS DE NOUVELLES