Le prochain adversaire du Canadien posera un défi tactique

Après une fin de saison condensée et un début de parcours éliminatoire qui le fut tout autant, le Canadien peut enfin respirer. Pour une rare fois, il peut se reposer en attendant de connaître l’identité de son prochain adversaire.

J’en profite pour vous rappeler que les Golden Knights mènent 3-2 dans la série qui les oppose à l’Avalanche. Le vainqueur affrontera le Tricolore.

Plusieurs ont une certaine préférence au niveau de l’équipe qu’ils aimeraient affronter. Les anciens Nordiques ou la bande de Max Pacioretty?

Toutefois, dans les deux cas, il y aura des ajustements tactiques à faire pour la troupe de Dominique Ducharme, notamment au niveau de l’entrée en zone offensive. Un peu plus tôt, je lisais d’ailleurs cette excellente analyse sur le sujet réalisée par Jack Han.

Tout d’abord, il faut comprendre que Montréal utilise un système très agressif en zone adverse dans le but d’ouvrir la glace. Le schéma suivant (réalisé par Jack Han) illustre bien cette tactique, qui diffère avec l’utilisation d’un troisième attaquant en support. Han note d’ailleurs que Tyler Toffoli excelle dans ce rôle.

(Crédit: Jack Han)

Or, ce système a été productif face aux Maple Leafs et aux Jets car ces derniers utilisaient un système 1-1-3 en zone centrale. Celui-ci est utile pour neutraliser une montée en zone adverse par un porteur du disque. Face au bon vieux « dump-and-chase » que Montréal utilise en abondance, ce n’est pas idéal.

Han explique donc que le Canadien a connu du succès face à ces équipes car elles ne se sont pas ajustées. Le problème, c’est que l’Avalanche et les Golden Knights utilisent tous les deux un système 1-2-2, comme illustré (par Jack Han) ci-dessous.

(Crédit: Jack Han)

Ce nouveau système est plus efficace pour neutraliser le dump-and-chase, mais est plus vulnérable face aux montées. Un joueur rapide pourrait donc battre ce système avec sa vitesse le long des bandes, mais comme Montréal ne possède pas vraiment ce genre de joueur (quoique Josh Anderson pourrait tirer son épingle du jeu), l’efficacité devrait être au rendez-vous.

Et ça permet des relances rapides à des joueurs comme Nathan MacKinnon et Max Pacioretty. Ce n’est pas idéal, ça non plus.

Dominique Ducharme devra donc travailler là-dessus et trouver un moyen de contrer ce nouveau système s’il veut voir son équipe atteindre la finale de la Coupe Stanley. Un beau défi l’attend, à lui de le relever.

Je vous remets ici le lien pour consulter le texte de Jack Han, une excellente analyse de sa part.

PLUS DE NOUVELLES