Le FC Séoul a dû s’excuser d’avoir utilisé des poupées sexuelles dans ses estrades

Le sport à huis clos se voudra un passage obligé pour à peu près tous les sports professionnels de la planète.

Le soccer allemand a repris sans partisans ce weekend et sincèrement, ça m’a fait du bien de regarder du sport de qualité en direct de mon salon. Bien sûr, ce n’était pas pareil sans l’ambiance du stade – quoi que les partisans européens avaient le choix d’ajouter le son d’une fausse foule sur SKY -, mais c’était BEAUCOUP mieux que les matchs reprises que l’on nous propose depuis deux mois sur nos chaînes québécoises.

Contrairement à la WWE et au UFC, les cotes d’écoute de la Bundesliga ont été fabuleuses en Allemagne, alors que l’on a battu des records d’auditoire samedi.

Il faudra peut-être ajusté certaines règles de distanciation sociale…

Mais dans l’ensemble, ça a été une réussite qui inspirera certes d’autres ligues à travers le monde. Le soccer anglais et espagnol… mais aussi le hockey, le baseball, le football et le basket nord-américains.

En Asie, plusieurs compétitions ont aussi reprise au cours des dernières semaines. Le baseball taïwanais, entre autres… puis le soccer coréen.

Si au départ, les mannequins – d’abord neutres et ensuite avec le visage de certains amateurs qui avaient payé pour ça – et les robots ont parfois tenté de camoufler le vide dans les estrades, je crois qu’on l’a échappé ce weekend en Corée du Sud… alors que des mannequins/poupées sexuelles ont été utilisées par le FC Seoul afin de remplir une partie des sièges de son stade. L’équipe a même dû s’excuser d’avoir fait une telle pratique après avoir soulevé l’incompréhension de plusieurs personnes.

Le club coréen a indiqué l’avoir fait par inadvertance, lançant la pierre à son fournisseur… qui lui, s’est défendu en affirmant que son client savait très bien ce qu’il avait commandé.

Certaines poupées – mannequins portaient même des logos à connotation sexuelle ou encore faisant la promotion de sites pour adultes.

Si le FC Séoul tente de faire passer ça sur le dos de son fournisseur, on s’entend qu’il devrait aussi s’assurer de taper sur les doigts de la personne qui gérait ce dossier à l’interne. Comment ça a pu passer les diverses étapes menant à l’acceptation du setup?

Est-ce que les clubs sont en si mauvaise posture financière qu’ils doivent accepter ce type de publicité? Des publicités pour des prêteurs de dernier recours et des clubs de danseuses étaient acceptées encore récemment chez certains médias sportifs  québécois en difficulté…

À noter que l’équipe avait commandé 30 mannequins pour son match de dimanche du fournisseur Dalcom… 28 filles et deux garçons. Le directeur de Dalcom soutient avoir utilisé ces mannequins pour un autre événement tout juste avant de les amener au stade… un événement pour une compagnie de jouets sexuels. On aurait tout simplement oublié de changer leur vêtements selon lui…

First, je ne vois pas comment 30 mannequins changent quoi que ce soit visuellement… le stade a l’air vide quand même! Second, je me suis permis d’imaginer le Canadien être au prise avec une telle controverse ce matin. Maudit que les réseaux sociaux québécois seraient drôles dans de telles circonstances…

PLUS DE NOUVELLES