Le descripteur du Rocket, la cible d’un ancien joueur du Rocket sur Twitter

Hier, j’ai écouté un excellent podcast où Anthony Marcotte est venu livrer ses commentaires au sujet du Rocket de Laval, du Canadien de Montréal et de Joël Bouchard. Marcotte a d’ailleurs souligné l’influence négative de deux vétérans dans le vestiaire, soit Riley Barber et Phil Varone. On peut croire que ces deux joueurs n’adhéraient pas au plan instauré par Joël Bouchard et qu’ils ont rapidement été sortis de l’environnement à cause de ça. C’est ce que je crois et c’est ce qu’Anthony Marcotte semble croire également, sans avoir la vérité absolue.

Bref, quelques heures plus tard, Varone s’en est pris à Marcotte sur Twitter afin de se défendre. Directement sous notre article, il est débarqué en justifiant un brin la situation qu’il a vécue du côté de Laval. Il n’a rien indiqué d’impoli, contrairement à d’autres, mais il a livré ce qu’il avait à dire.

« Je sais ce que tout le monde a dit, pas inquiet. Il appelle les jeux (commente les matchs) et il entre dans la salle pendant 10 minutes après un match. Donc je suis sûr qu’il a tout vu pour pouvoir faire cette supposition… ha » – Varone

Il faut faire attention dans ce cas-ci puisque certains indiquent que Marcotte défend les Québécois et crache sur les anglophones. Personnellement, depuis son passage au sein de la LHJMQ, j’ai toujours trouvé qu’Anthony Marcotte était objectif. Dans ce cas-ci, il est question de deux vétérans anglophones qui n’ont pas trouvé d’atomes crochus à Laval. Lorsque Charles Hudon allait moins bien, Marcotte le soulignait. Lorsque ça va bien pour Hudon, il l’encense, comme il l’a fait avec Jesperi Kotkaniemi ou Cayden Primeau.

Dans le cas de Varone, même s’il indique que la voix du Rocket ne passait que 10 minutes dans le vestiaire, il ne peut pas cacher pour autant que ça n’a pas fonctionné pour lui sous la gouverne de Joël Bouchard. À lui de nous dire pourquoi, non?

PLUS DE NOUVELLES