Le début de saison de Brayden Schenn est-il représentatif de son impact?

Je me souviens avoir été extrêmement perplexe quant à la transaction de Brayden Schenn, au dernier repêchage. Je ne savais pas trop quoi croire de celle-ci, et des idées contradictoires traversaient sans cesse mon esprit.

D’un côté, la science du repêchage est inexacte et le choix de premier tour acquis par les Flyers n’était pas nécessairement un gage de succès. Jori Lehtera était quant à lui un vétéran qui avait énormément régressé lors des dernières saisons.

D’un autre, les Flyers ont aussi reçu un premier choix conditionnel en 2018, et le prix payé par les Blues commençait à être élevé.

Disons que cette saison, le verdict penche clairement de leur côté, alors que Schenn a éclos aux côtés de Vladimir Tarasenko et Jaden Schwartz.

À un point où l’on se demande si cette éclosion est bien réelle, et représente celle qu’on attendait depuis plusieurs années.

S’il a été par le passé un marqueur assez constant de 20 à 25 buts et 50 à 60 points, on peut oser croire que le début de saison qu’il vient de connaître est une réelle représentation de son talent et de ce qu’il peut apporter à une équipe. Avec près d’un quart de la saison de disputer, on peut cesser de parler de »début de saison » et de parler de choses plus sérieuses. D’un rôle plus important.

Considéré comme un expert de l’avantage numérique avec les Flyers, on doutait de sa capacité à s’installer comme attaquant de puissance à St-Louis, ce qu’il est en train d’accomplir.

Le temps de jeu et les coéquipiers avec lesquels on le positionne l’ont grandement aidé, et son taux d’efficacité sur les tirs est plus haut qu’il ne l’a jamais été.

Peut-être qu’au final, l’environnement des Blues est simplement plus adapté à lui que celui des Flyers…

PLUS DE NOUVELLES