Le CH doit rapidement trouver l’ailier pour compléter le duo Suzuki-Caufield à long terme

Ça fait désormais plus d’une vingtaine de matchs que Cole Caufield et Nick Suzuki produisent offensivement à un rythme infernal. En fait, à leurs 20 dernières rencontres, Suzuki (23 points) et Caufield (21) roulent à plus d’un point par match, ce qui est excellent considérant qu’ils n’ont que 22 et 21 ans.

Et ce ne sont pas les éclairs de génie qui manquent avec eux!

Depuis que les deux ont été réunis à nouveau, par contre, ça a été le jeu de la chaise musicale pour leur trouver un ailier régulier. Josh Anderson l’a été pendant quelques matchs, mais lorsqu’il est tombé dans une profonde léthargie, on a vu Artturi Lehkonen, Joel Armia, Mike Hoffman et Rem Pitlick se succéder à leurs côtés.

Évidemment, tous ces gars-là ont eu leurs moments, mais une chose semble assez évidente : il faut leur trouver un ailier régulier pour compléter le trio à long terme.

Pour illustrer l’importance de le trouver rapidement, je trouve bon de vous rappeler le cas de Jesperi Kotkaniemi la saison dernière. Le centre finlandais avait été muté à sensiblement tous les autres attaquants de l’équipe. Il n’a jamais été en mesure de trouver une constance à ses côtés, et il avait lui-même affirmé que ça avait probablement nui un brin à son développement.

Ne répétons pas la même erreur, donc : trouvons-le dès que possible.

Dans un monde idéal, Anderson serait probablement le candidat idéal. Sans être un ailier élite, il amène une dimension physique et il est rapide. C’est ce dont les deux jeunes auraient idéalement besoin à leurs côtés : un gars qui peut les suivre et qui peut aller se salir les mains pour leur ouvrir le jeu.

Sauf que malgré ses qualités, Anderson est un joueur très volatile. Il aura d’excellentes séquences, mais il lui arrive de s’écraser quand il tombe dans une léthargie. On le voit présentement : Andy est beaucoup moins visible actuellement pendant les matchs qu’il ne l’était à ses premiers moments sur le trio de Suzuki et de Caufield.

Sinon, à l’interne, Armia a sensiblement le même problème qu’Anderson, Hoffman ne complète pas les deux jeunes et Pitlick a beau être solide, je ne suis pas certain qu’il a le calibre d’un gars de premier trio. Sans rien enlever au joueur, qui fait de l’excellent travail depuis son arrivée à Montréal, il serait plus utile dans un rôle de profondeur.

À moins d’attirer un gars comme Filip Forsberg, je ne pense pas que la réponse se trouve sur le marché des agents libres.

Au repêchage? Peut-être qu’un gars comme Juraj Slafkovsky pourrait occuper ce rôle dans quelques années. À court terme, ce n’est pas une solution, mais peut-être à moyen et à long terme.

Je ne suis pas contre l’idée de retenter l’expérience Anderson (et même de continuer l’expérience Pitlick, qui fait somme toute bien jusqu’à maintenant) d’ici la fin de la saison et même l’année prochaine s’il le faut. Cependant, il faut qu’il y ait un plan à long terme pour compléter le trio des deux jeunes. Trouver le bon ailier n’est pas une tâche facile, j’en conviens, et c’est pourquoi ça doit être une priorité chez le CH.

Bref, à suivre, mais il faudra voir si « la réponse » s’amènera à Montréal cet été.

PLUS DE NOUVELLES