Le Canadien voudrait garder Brett Kulak à Montréal

De son propre aveu, Kent Hughes aimerait conserver les services de Brett Kulak et arriver à le garder à Montréal pour la saison prochaine.

Et de son côté, Kulak sent qu’on lui en donne plus depuis le changement de direction et qu’il n’est plus jugé selon les mêmes standards qu’auparavant.

Est-ce que ce sera suffisant pour garder le vétéran défenseur à Montréal?

Ça dépend.

Le Canadien pourrait bénéficier d’avoir un défenseur comme Kulak dans son alignement. Il patine bien, il est bon en relance et il n’a pas l’air fou dans sa zone. Il pourrait être parfait, à moindre cout, pour remplir un chandail durant la reconstruction qui s’en vient.

Mais si une équipe propose un choix de deuxième ronde pour le vétéran défenseur, Kent Hughes se doit de le laisser partir.

On s’entend, Kulak est un bon défenseur et il a sa place dans un alignement de la LNH, mais il demeure un défenseur de troisième paire. Parfois, quand vient le temps de la date limite des transactions, certaines équipes se laissent emporter et sont prêtes à donner beaucoup trop pour des joueurs en particulier.

On l’a vue avec l’échange de Ben Chiarot hier où les Panthers ont donné énormément pour combler une besoin clé.

Kulak est loin d’être aussi bon que Chiarot, on s’entend tous là-dessus. Mais il peut quand même avoir une bonne valeur pour un club qui veut se rendre loin en séries éliminatoires. Et Kulak n’a pas eu l’air fou en séries l’an dernier, même s’il n’a pas contribué au pointage.

Par contre, le Canadien se doit de garder des joueurs de calibre de la LNH. Je comprends qu’on est en reconstruction, mais il ne faut pas précipiter les jeunes non plus.

À l’inverse, le fait d’avoir Edmundson et Kulak ne doit pas non plus ralentir le développement d’un Kaiden Guhle ou d’un Romanov.

Ill pourrait tout de même être très intéressant de garder le #77 à Montréal, à moins d’une très bonne offre ou d’avoir la conviction que le vétéran défenseur ne veut pas revenir à Montréal l’année prochaine. Kulak a d’ailleurs déclaré publiquement ne pas avoir eu de discussions concernant un éventuel nouveau contrat à Montréal. Rien d’inquiétant toutefois, surtout si l’on considère le désir de la direction de le garder à Montréal.

PLUS DE NOUVELLES