Le Canadien accorde six buts dans une défaite face aux Devils

Nul besoin de mettre encore plus d’emphase sur un point important, mais je vais le faire quand même : le Canadien ne pouvait pas se permettre d’échapper ce match-là. Après cinq défaites de suite, incluant deux très douloureuses face aux Rangers et aux Bruins, les hommes de Claude Julien devaient se relever.

Pour ce faire, le pilote du CH a choisi de sortir Cale Fleury de son alignement et de donner le filet à son gardien le plus fiable.

Dès le début de la joute, le Canadien est sorti en lion. Le message avait clairement passé puisque le gardien des Devils a vu ses opposants l’attaquer férocement – et même lui rentrer dedans, gracieuseté d’un accident de Nick Cousins.

Ce sont toutefois les Devils qui ont été les premiers à s’inscrire à la marque. Blake Coleman a réussi à tromper la vigilance de Price, malgré le fait que ce soit les hommes de Claude Julien qui étaient persistants depuis le début du match et qu’ils aient réussi (de belle manière) à survivre à un désavantage numérique.

Par la suite, c’est à la surprise d’aucun partisan que Brendan Gallagher s’est levé. Le fougueux attaquant a inscrit les siens à la marque après s’être mis le nez dans la zone payante.

Je répète tellement souvent ce dernier paragraphe que je songe à simplement le copier dans un document Word pour le coller dans tous mes après-matchs. Je sauverais du temps.

La confiance du Canadien étant toutefois fragile, Travis Zajac a profité d’une rondelle sautillante pour redonner l’avance aux siens.

Le Canadien a continué de dominer le jeu durant cette première période puisque pas moins de 18 tirs (contre 11) ont été dirigés vers le filet de Mackenzie Blackwood. Et la bonne nouvelle, c’est qu’aucun but de fin de période n’a été marqué. C’est positif, ça.

Dès la deuxième minute de la deuxième période, Jesperi Kotkaniemi a retiré un énorme poids de ses épaules en marquant son premier filet depuis le 9 octobre.

Il l’a fait grâce à un beau tir des poignets.

Mais puisqu’il était clair qu’il s’agissait d’un match où les deux entraîneurs allaient devoir gérer une montagne d’émotions, Miles Wood a profité de la pauvre couverture défensive des locaux pour se rendre jusqu’à Price et le déjouer.

Mais parce qu’une avance dans ce match ne veut rien dire, le CH a créé l’égalité pour une troisième fois de suite.

Il va sans dire que, malgré le fait que le Canadien ait continué de travailler fort, ce sont les Devils qui ont repris les devants. Jesper Boqvist s’est assuré d’alourdir mon après-match en déjouant Carey Price.

Même s’il a connu un autre match plus que mitigé en accordant sa part de buts, Carey Price a réussi un petit bijou défensif en volant un but en toute fin de période. Il s’est notamment redonné confiance et a évité un but en fin de période.

D’une pierre deux coups.

Notons qu’après deux périodes, le Canadien menait 35-22 au chapitre des tirs au but. L’équipe a continué d’attaquer le filet de Blackwood et Price a effectué un autre arrêt important, mais vous êtes en mesure de prédire la suite…

Price en a même fracassé son bâton, démontrant qu’il est clairement affecté par les dernières semaines.

S’il y a un joueur qui n’est relativement pas trop à blâmer récemment, c’est Artturi Lehkonen. Il a réduit la marque à un seul but grâce à un beau jeu.

Les Devils ont finalement confirmé leur victoire dans un filet désert.

Marque finale : 6-4 New Jersey.

Le prochain match du Canadien aura lieu samedi à 15h face aux Flyers.

Prolongation

– Le Canadien a été agressif et impliqué… et a trouvé le moyen de concéder six buts à l’une des pires formations du circuit Bettman. Oui, la Flanelle est au fond du baril.

– Carey Price, ce même gardien qui doit être reposé, a gardé 48 des 55 derniers matchs du Canadien. Le Canadien a besoin d’un adjoint fiable. Dès maintenant.

Il n’en demeure pas moins que la dernière fois que le Canadien a accordé cinq buts dans trois matchs à domicile de suite, les Nordiques existaient encore.

– À vous de juger. Cela aurait pu aider le CH, qui tirait de l’arrière par un but en première.

– Pour ce que ça vaut : Taylor Hall n’a pas été un grand facteur dans le match.

– Bienvenue dans la partie « facile » du calendrier de l’équipe.

– Deux joueurs intenses (et deux anciens coéquipiers) ont eu maille à partir.

D’ailleurs, ce match a permis de comprendre pourquoi Subban n’a pas une grosse saison – et pourquoi les Prédateurs l’ont échangé, tant qu’à y être.

– Vrai.

– Quatre trente sous pour une piasse?

– Ma parole, oui.

PLUS DE NOUVELLES