Kirk Muller a vécu une situation similaire en 1993 (en tant que joueur)

Depuis cet après-midi, le nom de Claude Julien est sur toutes les lèvres. Suite à ses douleurs à la poitrine et son hospitalisation, l’entraîneur du Canadien voit tout le monde du hockey être derrière lui.

Dans la dernière heure, ce sont les Flyers de Philadelphie qui ont offert leur support à la famille de Claude Julien.

Au Québec, François Legault, Michel Bergeron et Alain Vigneault, pour ne nommer que ceux-là, ont souhaité un prompt rétablissement au pilote du Canadien.

On a senti Vigneault particulièrement affecté… ce qui est normal. Après tout, il connaît Julien depuis une quarantaine d’années.

La dernière fois que le Canadien n’avait pas Claude Julien derrière le banc, Kirk Muller était l’adjoint de Michel Therrien. Ironie du sort, les deux hommes seront présents au match de demain, mais dans des conditions très différentes. Complètement différentes, en fait.

Parce que oui, le coach par intérim a un sacré défi sous la main. Il n’a jamais dirigé en séries et il arrive dans une situation assez difficile pour le club.

Il arrive aussi en ayant carte blanche.

Mais s’il a été choisi, c’est parce qu’il a de l’expérience – et parce qu’il est l’entraîneur adjoint. Il a du vécu et il pourrait justement profiter de ce vécu-là afin de s’aider derrière le banc de la Flanelle.

Revenons en 1993. Jacques Demers est l’entraîneur du club, qui comprend notamment Kirk Muller à titre de joueur. Le 9 mars 1993, Jacques Demers a été hospitalisé en raison d’un malaise au niveau de la poitrine. Exactement comme Claude Julien.

À l’époque, c’est Jacques Lemaire qui a pris en charge le poste en attendant le retour de Demers. Ce dernier est ultimement revenu… et le Canadien a gagné la Coupe.

Je ne veux pas faire de parallèle outre mesure parce que le CH n’a pas l’équipe pour gagner la Coupe Stanley. Je ne veux pas non plus en faire parce que c’était lors de la saison et que l’équipe n’était pas dans une bulle à Toronto en pleine pandémie mondiale.

Ceci dit, Muller a vu comment Lemaire a fait. Il va peut-être même lui jaser. Il a ressenti le point de vue de ses joueurs, ce qui peut l’aider à se mettre dans la peau de ses hommes en vue du match de demain.

Ce ne sera pas facile. Mais si tout le monde se serre les coudes, le Canadien peut jouer très fort demain.

Et drivé par l’émotion, il pourrait faire des ravages.

PLUS DE NOUVELLES