Kent Hughes : faut-il s’appeler Tremblay ou Jean pour être un « vrai Québécois »?

Je m’appelle Maxime Truman. Pas trrru-ment… True-man!

Même si mon nom est d’origine britannique et que mes ancêtres maîtrisaient la langue de Shakespeare, et non celle de Molière, je ne me sens pas moins Québécois pour autant.

Je suis né il y a 40 ans dans le cœur du quartier Hochelaga – il n’y a pas plus Québékwâ que ça – et ma langue maternelle est le français.

Mais on dirait que le débat des langues ne cessera jamais au Québec. On en a eu une autre preuve hier après-midi, pendant que Kent Hughes lisait son texte d’introduction sur le parterre du Centre Bell.

Lise Ravary (journaliste indépendante et chroniqueuse au 98,5 FM à Montréal) et Michel Jean (chef d’antenne du TVA Midi) font partie de ces francophones qui ont tenu à s’indigner de la nomination de Kent Hughes… qui n’était pas assez québécois à leur goût.

Visiblement, le nom Hughes ne sonne pas assez québécois aux yeux oreilles de Lise et Michel.

Mais Lulu Hughes, elle est assez québécoise pour Mme Ravary et pour M. Jean, elle? Je demande pour un ami (dont le nom de famille n’est pas Tremblay).

Je comprends que l’on puisse vouloir un DG et un entraîneur qui peut s’exprimer dans la langue de Molière au Québec. Mais que l’on exige à tout prix qu’il soit un Demers, un Tremblay, un Bergevin ou un Drainville… ça, pas du tout! Dire que ces gens-là se disent contre le racisme et se balancent dans la vertu dès qu’ils en ont la moindre occasion.

Suis-je assez québécois pour Michel Jean et Lise Ravary, moi qui porte le nom de famille Truman? Dois-je dire à mes enfants – qui sacrifient une bonne partie de leur jeunesse pour sauver le système de santé soviétique québécois – qu’ils ne seront jamais assez québécois en raison du nom de famille qu’ils portent?

Sachez que je ne suis pas le seul à m’être indigné suite aux commentaires de Michel et de Lise. Gilbert Delorme, animateur sur les ondes du 91,9 Sports avec qui je collabore de façon hebdomadaire sur les ondes du 98,1 FM à Québec, vient tout juste de faire une montée de lait en règle contre eux (notamment).

Gilbert n’est pas passé par quatre chemins pour exprimer le fond de sa pensée sur Twitter.

Certains comportements et certains paroles de nos défenseurs de la vertu se transforment malheureusement trop souvent en gestes et en actions ayant l’effet inverse. La protection de l’identité québécoise a le dos large de nos jours. Me semblait qu’on était tous des amis québécois, gang! #PubPoche

Quant à l’argument voulant que Kent Hughes soit moins québécois parce qu’il a quitté le Québec il y a 20 ans pour y fonder l’une des plus grosses compagnies d’agence de joueurs de la LNH, il ne tient pas la route bien longtemps. Hughes a toujours continuer de scruter de près le monde du hockey québécois… et de toute façon, on devrait être fier d’un Québécois qui rayonne à l’étranger, pas l’inverse.

Céline Dion (prononcé Die-On), elle est tu encore assez québécoise, Lise? A-t-elle trop été assimilée par le dark side?

Bob Gainey était-il dédouané parce qu’il avait joué les deux épaules pétés en pleines séries pour le Canadien?

Gilbert Delorme a passé une dizaine d’années – si ce n’est pas plus – loin du Québec. Il y a gagné sa vie en jouant au hockey professionnel, faisant souvent la fierté du peuple québécois à l’époque. Il doit avoir des grincements de dents lorsqu’il entend des gens sous-entendre qu’on n’est moins québécois quand on décide d’aller gagner sa vie pendant quelques années en dehors du dôme québécois.

Delorme, comme plusieurs Québécois, est allé passé du temps en Floride durant le temps des fêtes. Est-il un peu moins Québécois que Thérèse, qui regarde LCN 16 heures par jour dans son demi sous-sol de St-Jérôme? C’est connu, Thérèse est une bonne Québécoise assimilée en restant cloîtrée chez eux présentement.

Trop de gens semblent avoir perdu le nord north depuis deux ans au Québec. L’extrême-droite, l’extrême gauche sanitaire wokiste… on ne s’en sortira pas de sitôt. 

Je propose que l’on passe tous au vote : si quand t’es fâché, t’utilises des jurons québécois, t’es un vrai Québécois. Sinon, t’es un traître.

Deal?

C*liss…

PLUS DE NOUVELLES