Kent Hughes aurait pu échanger Jeff Petry à deux reprises, mais il ne l’a pas fait

Pas mal tout le monde chez le Canadien était présent à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde afin d’assister aux funérailles de Guy Lafleur.

Shea Weber, Brendan Gallagher, Carey Price, Joel Edmundson, Nick Suzuki, Cole Caufield, Jonathan Drouin, David Savard…

Pas mal tous les joueurs importants, les leaders et/ou les hauts salariés de l’équipe étaient présents…

Sauf Jeff Petry.

D’un côté, on peut le comprendre de s’être dépêché d’aller rejoindre sa femme (enceinte) et ses trois enfants au Michigan il y a un peu plus de 24 heures…

Mais d’un autre, on peut se demander si prolonger son séjour à Montréal de 36 heures n’aurait pas été une meilleure décision dans l’ensemble.

Samedi, lors de son point de presse d’après-saison, Petry a ouvert la porte à revenir à Montréal l’an prochain (lui qui a demandé à être échangé il y a quelques mois déjà et qui a dû terminer la saison seul dans sa grosse maison de la rive-sud). Est-ce que la porte qu’il a voulu laisser ouverte l’était vraiment? Ou était-ce seulement la chose à dire devant les caméras?

Avec son absence de ce matin, j’ai tendance à croire qu’elle est fermée, cette porte-là. Des deux côtés (et à double tour?). Il me semble que si tu souhaites convaincre qui que ce soit de ta volonté de rester à Montréal après les derniers mois houleux, tu t’assures de ne pas attirer l’attention par ton absence dans une journée comme aujourd’hui, t’sais…

Mais je peux me tromper…

Ce matin dans le Journal de Montréal, José Théodore a indiqué que Kent Hughes a eu deux occasions d’échanger Jeff Petry avant la date limite des transactions, mais qu’il ne l’a pas fait.

Pourquoi? Parce que Kent Hughes a répété à quelques reprises qu’il n’échangera Petry que si la transaction est bonne pour le Canadien. Le DG montréalais a indiqué au cours des dernières semaines qu’il n’était pas vraiment intéressé à l’idée de racheter des contrats, d’obtenir de lourds contrats en retour de ses lourds contrats ou encore de donner des choix pour convaincre une autre équipe de lui prendre un joueur. On peut penser que le retour ou les conditions des offres qu’a reçues Hughes n’étaient pas top.

Mais bon, ça n’a pas empêché Marc Denis de promouvoir l’idée de sacrifier un ou des choix au repêchage – l’équipe en a 14 actuellement en vue du repêchage de juillet – afin de mieux passer le #26 dans une transaction. Rappelons que Petry touchera un salaire annuel moyen de 6,25 millions $ lors des trois prochaines campagnes et qu’offrir un ou deux choix pourrait te permettre d’échanger Petry sans incidences négatives sur la masse salariale de l’équipe.

Rappel : Kent Hughes a confié qu’il ne souhaitait pas avoir une brigade défensive qui compte sur quatre défenseurs de 22 ans ou moins. Or, il remplacera Petry par un autre vétéran (Letang?) si ce dernier vient à quitter.

Au final, Marc Denis n’a pas aimé l’attitude de Jeff Petry cette saison et il ne croit pas que le Canadien devrait rebâtir alentour de Petry.

Pour toutes ces raisons, il y a fort à parier que Petry à Montréal, c’est terminé. Et qu’on en saura plus en juin ou en juillet…

En espérant que ça ne se rendra pas jusqu’en septembre!

Le fameux dicton jamais deux sans trois ne s’appliquera pas ici. La prochaine offre qui sera déposée sur la table de Kent Hughes se conclura possiblement par une transaction. Et ça devrait faire l’affaire de tout le monde.

En rafale

– Images simples, mais touchantes. S’il y a une chose de beau dans les funérailles, c’est le fait de voir plusieurs personnes se réunir en oubliant leurs conflits ou leurs différences.

– Patrick Roy en a certes fait pleurer quelques-uns ce matin.

– Puisqu’il est question de pleurer

– Première journée des séries : trois amendes (et une probable suspension pour Kyle Clifford).

– Dans quelle direction s’en vont les Flyers? Même le DG ne semble pas le savoir…

– C’est maintenant officiel.

– La carrière de Samuel Morin est terminée.

PLUS DE NOUVELLES