José Théodore : « Au moins, Rick Tocchet aura le respect de la chambre »

Il est clair que José Théodore n’est pas le meilleur ami de Bruce Boudreau. Il a évolué sous ses ordres durant sa carrière dans la LNH et outre la manière dont il gère ses gardiens, disons que le Québécois n’a pas aimé son traitement envers les francophones.

Aux yeux de Boudreau, un Québécois, c’est un joueur bourré de talent, mais qui ne va pas dans les coins et qui n’est pas capable de se faire valoir lorsque le jeu est physique.

C’est du moins ce qui a déjà été rapporté il y a quelques années par l’ancien gardien du Canadien et ce n’est pas un exemple isolé puisque Théo s’était déjà ouvert à La Poche Bleue concernant l’entraîneur. C’est visiblement une forme de racisme qui est tolérée?

Enfin bref. Tout ça pour dire que ce matin, dans le Journal de Montréal, Théo a affirmé quelque chose qui nous prouve, encore une fois, qu’il n’aime pas du tout Bruce Boudreau et que le changement fera du bien aux Canucks.

Au moins, Rick Tocchet aura le respect de la chambre. – José Théodore

On sait que les joueurs des Canucks ont adoré Boudreau. C’est la même chose pour les partisans, qui ont scandé son nom pendant un an du côté de Vancouver.

Théo raconte que Boudreau a toujours un impact positif à court terme sur une équipe, mais que cela ne tient jamais longtemps et que les joueurs, visiblement, finissent par se tanner.

Rappelons qu’il est resté 13 mois à Vancouver.

Certains joueurs, quand ils ont compris que c’était fini, ont même eu de la difficulté à retenir leurs émotions quand ils ont rencontré l’entraîneur pour la dernière fois, soit après le match de samedi dernier des Canucks.

 

Afficher cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Breakers (@nhlbreakers)

Peut-être que Boudreau a changé pour le mieux. Peut-être qu’il agissait différement avec les anglophones, aussi.

Mais une chose est certaine : Théo a été dans le même vestiaire que Boudreau et il n’a pas aimé son expérience au point où à chaque fois qu’il en parle, on sent toute sa haine. Quand il parle, on sent que ce n’était qu’une question de temps avant que tout ne s’écroule sous ses ordres.

En rafale

– Rien de moins.

– Bonne lecture.

– État de la loterie.

(Crédit: Tankathon)
PLUS DE NOUVELLES