Hurricanes: une gestion des contrats qui fait jaser

Après plusieurs années de misère, où l’équipe a raté les séries lors de neuf saisons consécutives, les Hurricanes de la Caroline sont désormais une des franchises dont ont parle le plus dans la LNH. Le tout avait débuté en 2019 lorsque Don Cherry avait traité les joueurs de « bunch of jerks ». 

Mais depuis, l’organisation a aussi fait parler d’elle en raison de ses succès sur la glace, de ses nombreuses sagas concernant les offres hostiles et de sa fascinante gestion des réseaux sociaux.

La Caroline est de retour dans les nouvelles aujourd’hui, mais pour une bien meilleure raison. L’équipe vient de mettre un de ses meilleurs joueurs, Martin Necas, sous contrat à un excellent prix.

Necas est un jeune attaquant de 23 ans ayant obtenu 40 points en 78 matchs cette année. L’année d’avant, il avait connu une superbe campagne, alors qu’il avait terminé au cinquième rang des pointeurs de l’équipe avec 41 points en 53 rencontres.

Seulement 3 millions $ par année pour un joueur de ce calibre est donc un excellent « deal ». Surtout qu’il deviendra seulement joueur autonome avec compensation lorsque le contrat viendra à échéance. Le Tchèque reste donc sous le contrôle de l’équipe pour encore plusieurs années.

C’est plutôt ironique lorsqu’on se rappelle qu’il y a quelques mois à peine, une entente de huit ans et 38,56 millions $ fut donnée à Jesperi Kotkaniemi…

En effet, ce dernier n’a jamais obtenu plus de 34 points en une saison (quand il était une recrue) et ne montre aucun signe d’amélioration depuis son arrivée dans la LNH. Oui, les Hurricanes étaient dans une situation difficile avec l’offre hostile, mais ils n’étaient certainement pas obligés de donner un contrat si onéreux et long à KK.

Le directeur général Don Waddell a pris le pari que le jeune centre s’améliorera énormément dans les prochaines années, mais Kotkaniemi n’a aucunement justifié ce raisonnement jusqu’à maintenant dans sa carrière. Les contrats à KK et Necas sont très étranges à comparer…

Mais Waddell a encore récidivé avec le risque cet été lorsqu’il s’est porté acquéreur des lourds contrats de Brent Burns et Max Pacioretty.

En ce qui a trait à Pacioretty, heureusement, il ne reste qu’une année à son contrat, avec un salaire de 7 millions $. Toutefois, si l’Américain est (encore) blessé cette année, l’organisation regrettera certainement de ne pas avoir investi cet argent ailleurs.

Dans le cas de Burns, qui n’est plus du tout le joueur qu’il était il y a quelques années, les Sharks paient tout de même le tiers de ses 8 millions $ qui lui seront versés annuellement. Mais la Caroline devra payer un défenseur vieillissant 5.3 millions $ pour encore trois ans.

Si on ne retrouve pas le Burns des beaux jours, ça pourrait faire mal.

Puis, dans deux ans, Sebastian Aho, Teuvo Teravainen, Necas et Seth Jarvis auront tous besoin de nouveaux contrats.

Espérons pour Waddell que sa gestion étonnante des contrats ne le rattrapera pas.

PLUS DE NOUVELLES