Une ancienne vedette de la MLB avec les Capitales de Québec?

Même si vous n’êtes pas un fanatique de baseball et de la MLB, vous connaissez sans aucun doute le seul et unique Manny Ramirez, qui a fait la pluie et le beau temps entre 1998 et 2008 (ses meilleures années). Des longues balles, il en a propulsé derrière les clôtures. Lorsqu’il a quitté la MLB en 2011, son compteur indiquait 555 bombes. Ramirez possède toutefois quelques taches à son dossier, soit une suspension de 50 joutes en 2009 pour usage d’un produit interdit par la MLB. En 2011, il a une fois de plus été mêlé à une situation de dopage et à la suite de ça, il n’est plus revenu dans le circuit, malgré quelques tentatives de retour.

Après sa carrière dans les Majeures, il a évolué  dans la Ligue d’hiver dominicaine une saison, il a passé un bref moment en Taïwan, avec les EDA Rhinos de Ligue chinoise professionnelle de baseball. En 2013, il a eu une chance avec les Rangers du Texas, mais en vain. L’année suivante, les Cubs lui ont octroyé un contrat afin qu’il agisse comme joueur-entraîneur avec un club-école. Il a également passé du temps au Japon (2017), évoluant au sein de la Nippon Professional Baseball. Bref, pas question d’accrocher son gant.

Cette semaine, on a appris que le joueur coloré frappait à la porte des Capitales de Québec. Son envie d’évoluer au sein de cette formation serait très sérieuse, selon Michel Laplante, le président du club. Ce joueur par excellence des Séries mondiales de 2004 a aujourd’hui 48 ans et la flamme brûle toujours à l’intérieur de lui. Le but de Ramirez serait de rejoindre les Capitales pour le tournoi à quatre formations que tente d’organiser Laplante. Ainsi, l’ancienne vedette de la MLB pourrait évoluer avec son fils, Manny Junior. N’est-ce pas un beau point d’exclamation?

D’ailleurs, même s’il approche la cinquantaine, Éric Gagné et Russell Martin ont confirmé qu’il était dans une forme resplendissante : « J’ai parlé à Éric Gagné et Russell Martin qui m’ont dit que Ramirez était un des gars les plus rigoureux et qu’il affichait la forme d’un gars de 35 ans. » – Laplante

Je vous rappelle qu’avant le confinement, Ramirez s’est présenté à Québec dans un événement de la compagnie B45, qui confectionne entre autres des bâtons de baseball.

En rafale

– Un peu de magie de la part de Charles Hudon.

– C’est ce qu’on appelle une transaction à sens unique…

– Le Canadien a besoin d’un marqueur, donc Anthony Mantha!

– Pour mieux comprendre l’histoire chez le Drakkar.

– L’histoire peu probable de Jose Quintana.

PLUS DE NOUVELLES