Un ménage chez le Canadien de Montréal… le rêve d’Yvon Pedneault

Le vétéran journaliste n’est pas le seul qui rêve ou espère que le Canadien de Montréal passe le balai, donc limoger et embaucher des gens. Tout le monde, excepté Geoff Molson, Guy Boucher et quelques exceptions, veut des changements. Il souhaite que le « reset » se poursuivre puisque c’est le plan qu’a dressé le Tricolore en avril 2018. Molson l’a dit, il parle d’une fenêtre variant entre 3 et 8 ans… ben oui!

Pedneault est convaincu que Molson se doit de revoir tout l’organigramme de SON Canadien de Montréal. Je le répète souvent, malgré que les dires de Boucher au sujet de la persévérance m’ont séduit, au sujet de la culture des entreprises. Si le Canadien est une concession automobile, que celle-ci n’atteint pas les objectifs pendant quatre ans, qu’elle se fait manger par la concurrence, quelqu’un finira par payer. Peu importe qui, le patron de la boîte agira en conséquence… et bien avant quatre ans. Voici ce que monsieur Pedneault a indiqué, via le Journal de Montréal, au sujet du statu quo actuel de Molson.

« Comment expliquer qu’un entraîneur garde son emploi après avoir vécu deux séquences de huit défaites et une autre de cinq défaites? Le directeur général n’a-t-il pas sa large part de responsabilités? Entre autres, ne devait-il pas dénicher un solide gardien pour seconder Carey Price? Il a embauché un gardien qui avait fait chou blanc au New Jersey. J’ose croire que le président du CH, Geoff Molson, se penchera sur l’organigramme de son entreprise. L’organigramme actuel soulève bien des interrogations. » – Pedneault

Monsieur Pedneault souligne les profits que doit empocher une entreprise, et disons que Molson n’est pas à plaindre de ce côté. Là où j’accroche, c’est le respect de sa raison d’être, souligné par Pedneault. C’est cette facette-là quele  Groupe CH et Geoff Molson semble oublier, ce qui fait en sorte que les amateurs plus jeunes s’éloignent de plus en plus. Ça prend plus que ça dans le monde d’aujourd’hui, le tout doit se consommer rapidement, comme l’a indiqué Ray Lalonde la semaine dernière.

Bref, la persévérance, oui… mais le respect de notre raison d’être aussi.

En rafale

– Ce jeune homme est tellement mature.

– Une excellente nouvelle.

– Un premier contrat pour Mikhail Abramov.

– On parle ici de « persévérance ».

– Évidemment.

PLUS DE NOUVELLES