Sept autres coupures à venir chez le Canadien

Quelle dure soirée pour les joueurs du Canadien, leur coach… et les partisans qui s’étaient procurés un billet plein prix pour ce match (en plus d’une place de stationnement à 38 $ pour certains). Se faire blanchir à domicile par une équipe de la Ligue Américaine, alors que ton alignement est rempli de vétérans et de jeunes qui se battent pour une place dans la LNH, c’est décevant. Très décevant!

Reste que ce n’est pas la fin du monde non plus! Le Canadien a tout de même dominé 38 à 25 au chapitre des tirs au but.

On nous a répété après les quatre victoires du CH en pré-saison que ça ne comptait pas, les victoires en septembre! Et c’est vrai!

Or, il ne faut pas non plus se mettre à capoter après une défaite… même si celle-ci a été enregistrée face à des AHLers. Les joueurs des Leafs étaient énergiques, affamés et fatigants. Ce n’est jamais facile à affronter une équipe comme ça… Ceux qui celles qui jouent encore au hockey, au soccer ou à tout autre sport d’équipe le savent! Combien de fois avez-vous perdu un match face à une équipe moins bonne que la vôtre mais travaillante as f*ck dans votre ligue du dimanche?

Le problème, il est vraiment individuel. Plusieurs joueurs devaient connaître un gros match, soit pour rester dans la course pour un poste, soit pour faire taire les doutes à leur égard.

Claude Julien a été clair après la rencontre. Personne n’a été bon. L’équipe a été mauvaise du début jusqu’à la fin.

Des propos qui ont toutefois été à l’encontre de ceux de Jonathan Drouin et Charles Hudon, qui ont plutôt tenu à minimiser l’ampleur de leur contre-performance. Est-ce que tout le monde est sur la même page dans le vestiaire?

Est-ce que tout le monde est sur la même page?
(Crédit: Capture d’écran TVA Sports)

Le power play n’a pas su marquer en quatre occasions. Brett Kulak a multiplié les bévues. Jesperi Kotkaniemi s’est fait un peu plus visible, mais pas assez. Joel Armia a peut-être distribué des mises en échec, reste qu’il n’a pas aidé offensivement. Matthew Peca a été invisible. Charles Hudon s’accroche, mais il ne décrochera visiblement pas de poste à Montréal. Karl Alzner, Ben Chiarot et Cale Fleury ont été corrects, sans plus. Jonathan Drouin a été le joueur le moins utilisé par Claude Julien, ce qui en dit beaucoup.

Quant à Charlie Lindgren, il a accordé 22 trois buts sur 25 lancers. J’ose l’écrire ici ce matin : il ne sera (malheureusement) jamais un gardien d’impact dans la LNH.

Jake Evans et Alex Belzile ont peut-être été les meilleurs du CH à l’attaque. Mais ils ont été retranchés (avec Josh Brook et Riley Barber) après la rencontre. Aucun de ces quatre joueurs ne se battait réellement pour une place avec le grand club, même si certains « experts » voyaient Evans ou Belzile à Montréal…

Difficile de ne pas se dire que Nick Suzuki aurait pu changer quelque chose hier soir… qu’il aurait pu enflammer l’attaque montréalaise. N’est-ce pas là un autre indice qu’il doit débuter la saison avec le grand club? N’est-il pas le seul joueur qui a marqué des points hier soir (sans même enfiler ses patins)?

Mardi chez le Canadien

Le fait de remplacer Carey Price par Charlie Lindgren à la dernière minute a étonné, puis donné quelques frayeurs aux partisans. Surtout que Lindgren a confié avoir su avant le morning skate qu’il allait jouer et que Price s’est tout de même entraîné dans le filet du gardien partant!

Avec le passé de l’organisation en matière de communication et de manigances, on est en droit de s’inquiéter lorsqu’une telle situation se présente.

Claude Julien a toutefois tenu à rassurer tout le monde après la rencontre. Price souffre d’une (très) légère contusion à la main gauche. Si le CH avait été en séries saison régulière hier, il aurait assurément défendu la cage de l’équipe. Pourquoi lui donner un match face aux Marlies alors qu’il ressent de petites douleurs à la main?

De plus, ça a permis à Charlie Lindgren de démontrer ce dont il était capable et ce, devant de nombreux recruteurs.

Malheureusement, ça n’a pas été convaincant pour Lindgren.

Si l’on considère que Byron et Price ne sont pas blessés, on compte encore 30 joueurs au camp du Canadien.

Drouin – Domi – Gallagher
Tatar – Danault – Suzuki
Lehkonen – Kotkaniemi – Armia
Cousins – Thompson – Weal
Hudon – Peca – Byron
Varone – Weise

Mete – Weber
Chiarot – Petry
Kulak – Folin
Reilly – Fleury
Alzner – Ouellet

Price
Kinkaid
Lindgren

Rappelons que McCarron, Poehling, Olofsson, Juulsen et Teasdale sont actuellement sur la liste des blessés.

Théoriquement, le CH devra donc encore procéder à sept retranchements.

Varone, Weise, Ouellet, Alzner et Lindgren, ça va de soi…

Reste donc deux coupures à faire dans ce bassin de joueurs : Fleury, Reilly, Folin, Hudon, Peca, Thompson et Cousins.

Thompson et Cousins entameront (très) fort probablement la saison à Montréal. Mais qu’en sera-t-il de Hudon et Peca?

À noter que si Ryan Poehling reste à Montréal (et qu’il ne prend pas la route de Laval) lorsqu’il aura retrouvé en santé, il y aura un troisième joueur de retranché. C’est là que ça pourrait se corser!

C’est congé d’entraînement aujourd’hui pour le Canadien. Riley Barber sera soumis au ballottage vers midi. Les autres joueurs assignés au Rocket tiendront leur deuxième journée d’entraînement à la Place Bell.

Demain, le CH s’entraînera en matinée avant de se diriger vers Toronto afin d’y affronter cette fois les vrais Maple Leafs.

Rappelons qu’au même moment, l’Impact tentera de mettre la main sur le championnat canadien en se mesurant pour une deuxième fois en autant de semaines le Toronto FC (à l’étranger). Gros mercredi de sport en perspective!

PLUS DE NOUVELLES