Oubliez l’option du PTO dans le cas d’Andrei Markov

Allan Walsh a commenté pour la première fois (publiquement) le dossier d’Andrei Markov, son nouveau/ancien client. Évidemment, la mission qu’a confiée Markov à Walsh demeure de signer un accord d’une campagne afin d’atteindre le plateau des 1000 joutes au sein de la Ligue nationale de hockey.

La plupart des amateurs, et même certains spécialistes, croient que le clan Markov pourrait plutôt accepter un essai professionnel (PTO) puisque les demandes vers lui ne devraient pas pleuvoir. Il semblerait toutefois, selon les informations récoltées par le collègue Vallée, que plusieurs propositions seraient déjà déposées sur le bureau de monsieur Walsh. Dans le fond, l’agent polarisant estime que son client ne se tournera pas vers un PTO puisque des offres officielles se présenteront (ou se sont présentées).

Pas moins de cinq formations auraient contacté Allan Walsh afin de s’informer des demandes d’Andrei Markov, ce qui indique le sérieux de la chose. Les chances de revoir Marky au sein de la meilleure ligue au monde sont hautement élevées, mais avec le Canadien, les probabilités sont plutôt nulles… ou presque. Lors de son départ, il y a deux ans, le non-retour était déjà évident puisque la relation Bergevin-Markov n’est certes pas au beau fixe.

Le numéro 79 désire uniquement jouer dans la LNH et son but demeure de décrocher un pacte d’un an seulement. Il demeure convaincu qu’il est en mesure d’aider plusieurs attaques massives parmi les équipes du circuit Bettman. Markov n’a plus de vitesse, ce qui n’a jamais été sa principale qualité, mais son sens du hockey hautement au-dessus de la moyenne pourrait faire de lui un joueur d’utilité (en avantage numérique).

Le 1er juillet pour Markov, c’est maintenant que ça se passe.

En rafale

– Carey Price a connu une deuxième moitié de saison grandiose, donc voici ses plus beaux arrêts.

– Joël Bouchard aura enfin un peu plus de talent brut.

– 22 escales pour la F1, dont le 14 juin du côté de Montréal.

PLUS DE NOUVELLES