Marc Bergevin aurait bel et bien parlé avec Bob Hartley cette semaine

La rumeur lancée hier par Georges Laraque a beaucoup fait jaser depuis. Selon l’animateur du 91,9 Sports, Marc Bergevin aurait rencontré Bob Hartley durant son voyage en Russie.

Paul Wilson, vice-président principal affaires publiques et communications chez le Canadien, a nié l’information de Laraque assez rapidement, indiquant que Marc Bergevin et Bob Hartley ne s’étaient ni parlé, ni rencontré en Russie.

Bob Hartley a lui aussi tenu à nier cette information sur les ondes mêmes où Georges Laraque anime en matinée.

« La dernière fois que j’ai parlé du poste d’entraîneur chef du Canadien à Marc Bergevin, c’était en 2012. Il n’y a pas eu de discussions à ce sujet depuis. » – Bob Hartley

Mais voilà qu’une information en provenance de la Russie corrobore (en parties, du moins) les dires de Georges Laraque et vient placer un peu tout le monde dans l’embarras.

Maxim Sushinsky, le président de l’Avangard d’Omsk (le club de Bob Hartley), a confié au site Internet russe Tass.ru que Marc Bergevin avait bel et bien appelé Bob Hartley, mais qu’ils ne s’étaient pas réunis.

On retrouve l’article en russe ICI.

Toujours selon le président de l’Avangard, Marc Bergevin aurait bel et bien discuté d’un emploi possible à Montréal (entraîneur-chef du Canadien?), mais Hartley aurait tout simplement répondu qu’il ne quitterait pas Omsk et qu’il ne mènerait donc aucune négociation.

Est-ce que le poste d’entraîneur-chef du Canadien n’intéresse pas Bob Hartley ou est-ce que son contrat et la saison en cours dans la KHL rendraient tout départ TRÈS difficile? Les clauses échappatoires en pleine campagne n’existent pratiquement pas. Hartley aurait ainsi dû trouver le moyen de briser son contrat, fort probablement avec d’importantes pénalités.

Voir un entraîneur comme Hartley refuser ne serait-ce que de négocier avec le Canadien sans raison contractuelle, ça ferait mal à notre flanelle, non?

Au final, Georges Laraque a l’air un peu moins fou que certains le prétendaient hier soir – rappelez-vous sa note parfaite du 1er juillet dernier -, et on peut se demander si Paul Wilson et Bob Hartley ont tenté de simplement jouer sur les mots…

Ou s’ils ont menti d’abord et avant tout pour protéger une excellente personne comme Claude Julien durant le processus.

Julien se retrouve dans une position très délicate ce matin, se faisant « confirmer » par le président d’une équipe russe que son DG lâche des coups de fil afin de le remplacer.

Avec le recul, Marc Bergevin n’aurait-il pas dû travailler encore plus fort afin d’embaucher Bob Hartley en 2012, lorsqu’il a pris les rennes du Canadien?

Souvenez-vous que pendant quelques heures, alors que la Coupe Memorial battait son plein à Shawinigan, on était certain que Hartley allait être nommé coach en chef du CH. Mais il a finalement abouti à Calgary, probablement par choix personnel.

Et quand j’y pense, je me demande comment se sent Bob Hartley après avoir vu son patron venir le contredire de la sorte pour rallumer un feu qui s’éteignait rapidement au Québec…

Est-ce que vous croyez cette nouvelle information en provenance de la Russie? Ou vous rangez-vous plutôt du côté de Paul Wilson et de Bob Hartley?

MISE À JOUR – Bob Hartley a tenu à nier les propos de son président, blâmant les problèmes de langues (traduction/mauvais anglais). Cette histoire n’arrêtera donc jamais…

En rafale

– Est-ce que Bob Hartley et Marc Bergevin auraient pu juste se jaser d’espoirs de la KHL? Peut-être… mais ce n’est pas ce qu’avance précisément le président de l’Avangard.

– À surveiller ce matin.

– Comment se développe Jesperi Kotkaniemi face à ses semblables?

– Si jamais le CH en vient à congédier son entraîneur-chef, quelle serait la suite?

PLUS DE NOUVELLES