Karl Alzner regrette d’avoir signé avec le Canadien en 2017

Karl Alzner a quitté Washington après la saison 20016-17. Il a décidé de se prémunir de son autonomie complète, refusant au préalable une offre de contrat des Capitals.

Alzner est venu visiter les installations du Canadien vers la fin du mois de juin 2017 et il a accepté une offre de cinq ans (23,125 millions $) dès l’ouverture du marché des joueurs autonomes le 1er juillet.

Il écoule actuellement la troisième année de ce pacte (salaire et cap hit de 4,625 millions $).

Lorsqu’il s’est pointé à Montréal en septembre (2017), Alzner y a été d’une déclaration choc. Selon ses dires, il avait choisi Montréal (plutôt que Washington) parce que le Canadien le payait plus cher avait de bonnes chances de remporter la Coupe Stanley.

On connaît la suite. Les Capitals ont remporté la Coupe cette année-là. Le CH, quant à lui, n’a toujours pas participé aux séries depuis qu’Alzner a signé avec lui.

Deux ans plus tard
Karl Alzner s’est entraîné très fort durant l’été. Il a tenté d’améliorer ses faiblesses (identifiées par le Canadien) et il n’avait qu’un objectif en tête : revenir dans la LNH. Il a même avoué en août songer à demander une transaction s’il en venait à être rétrogradé à Laval

Alzner s’est blessé… il a été envoyé à Laval… et il a visiblement accepté son sort. Il a participé aux deux défaites des siens ce weekend.

Le défenseur du Rocket s’est entretenu avec Richard Labbé durant le weekend, lui avouant même qu’il regrette d’avoir signé avec le Canadien de Montréal durant l’été 2017.

C’est fort probablement réciproque, puisque je suis convaincu que Marc Bergevin regrette lui aussi cette décision.

Le vétéran défenseur savait qu’il n’avait pas la moindre chance réelle de percer la formation du CH cette année.

« Même si je n’avais pas été blessé pendant le camp du Canadien, ça n’aurait rien changé de toute façon […] Je ne savais pas si Cale Fleury allait rester, mais je savais que Mike Reilly et Christian Folin allaient rester. Il y avait déjà sept défenseurs. Et Cale Fleury est prêt, il est assez bon pour jouer dans la LNH. Alors je comprends où est ma place au sein de l’organisation. » – Karl Alzner

Alzner a aussi indiqué à Richard Labbé qu’il y avait plusieurs équipes d’intéressées à lui en 2017 et qu’aujourd’hui, son contrat est vu comme un obstacle pour le deux tiers des formations de la LNH (étouffées par le plafond salarial). L’autre tiers n’a tout simplement pas besoin de lui ou évite justement d’être étouffé…

De plus, le Canadien a selon Alzner changé sa culture et sa philosophie un an après l’avoir embauché. Son style de hockey (pas assez rapide) ne fittait plus. Il ne fit plus avec le style de hockey de la plupart des formations de la LNH si vous voulez mon avis. La vitesse et l’agilité ont la cote!

« Je suis arrivé ici à un mauvais moment. Si j’avais su que le Canadien allait emprunter cette direction, j’aurais envisagé d’autres options. En plus, j’ai pris part à l’une des pires saisons de l’histoire du club [2017-2018], et quand ça arrive, c’est sûr qu’il y a des changements par la suite. J’ai fait partie de ceux qui ont écopé. » – Alzner

Alzner regrette donc d’avoir signé à Montréal… même s’il a depuis eu deux chances d’être réclamé au ballottage (sans succès). Le seul moyen pour Alzner d’encore être dans la LNH aurait été d’accepter un petit contrat, mais il n’est pas question de ça ici.

Ceci dit, Alzner est un vrai pro. Il sait que les chances qu’il soit un jour rappelé par le CH sont très minces. Il a beau être fâché, ébranlé et mécontent… reste qu’il ne se mettra pas à bouder. Il va plutôt continuer de s’accrocher aux choses positives en gardant le sourire.

Alzner compte jouer son meilleur hockey à Laval pour un jour avoir l’occasion de revenir dans la LNH (ailleurs qu’à Montréal?).

« Je ne vais pas me laisser atteindre par ça ; à mon âge, je sais qu’il me reste encore quelques années, peut-être, pour avoir un impact dans la LNH, et je veux m’assurer de bien utiliser les années qu’il me reste. »

Karl Alzner est vraiment une bonne personne. Dommage qu’il ne soit juste pas un super bon joueur de hockey (dans la nouvelle LNH).

En rafale

– Félix Auger-Aliassime accède au prochain tour… d’une façon particulière.

– L’aventure torontoise de Jim Popp est terminée.

– Est-ce que les récents succès des Rays vont leur permettre de survivre (un peu comme ça a été le cas avec les Coyotes de l’Arizona il y a quelques printemps)?

– Des coups de ballon sur la tête?

Oh wow!

PLUS DE NOUVELLES