Ilya Kovalchuk est le meilleur attaquant du Canadien depuis son arrivée à Montréal

Selon le Canadien lui-même, il ne fallait pas avoir de très grandes attentes envers Ilya Kovalchuk. Il ne fallait pas s’attendre à un sauveur et Kovalchuk allait probablement devoir commencer par jouer une dizaine de minutes par rencontre, vous vous souvenez?

Or, deux semaines plus tard, Kovalchuk a 7 points en 7 matchs et il passe en moyenne une vingtaine de minutes sur la glace par rencontre. Une belle surprise, me direz-vous.

Dire que plusieurs le traitaient de joueur selfish finit…

Depuis qu’il s’est joint au Canadien de Montréal, Kovalchuk occupe le premier ou le deuxième rang de l’équipe dans plusieurs catégories individuelles.

Points : 2e rang (7)
Buts : 1er rang (4)
Points à égalité numérique : 2e rang (5)
Différentiel : 2e rang (+4)
Points en avantage numérique : 1er rang (2)
Tirs au but : 2e rang (19)
Temps de jeu : 3e chez les attaquants (19:40)
Mise en échec : 2e chez les attaquants (12)

Il a quatre points et il affiche un différentiel de plus-4 lors de ses quatre derniers matchs. Depuis son arrivée à Montréal, il a été sur la glace pour 9 des 16 buts de l’équipe!

Pouvez-vous me dire la dernière fois où le CH a eu un sniper d’une aussi grande qualité dans son alignement? Ça remonte à avant Max Pacioretty.

Bref, Ilya Kovalchuk en donne vraiment beaucoup au Canadien… surtout quand on se rappelle qu’il a signé un contrat à deux volets, lui procurant rien de plus que le salaire minimum!

De plus, Kovy agit en tant que véritable leader dans le vestiaire. Il sourit, encourage, parle… Combien de fois a-t-on entendu un joueur des Habs vanter Kovalchuk depuis son arrivée? Souvent! Très souvent! Et ça ne fait que deux semaines qu’il est à Montréal!

La semaine dernière, il a amené tous ses coéquipiers au resto… et il a ramassé la facture. #Leader

Hier soir, il a tenu à diminuer l’importance de ses bonnes performances individuelles parce qu’il n’a pas réussi à faire jouer l’équipe pour au moins .500 depuis son arrivée.

Il refusait de parler au je, préférant parler au nous avec les journalistes.

Mais une question demeure : que fait-on avec Kovalchuk d’ici la fin de la saison?

Ses récentes performances prouvent qu’il a encore du bon hockey à donner à une équipe qui sait l’utiliser à bon escient. Marc Bergevin doit-il tenter de vendre Kovalchuk en retour d’un choix de troisième ronde par exemple?

Oui, un choix de troisième ronde peut devenir un Cale Fleury, mais il peut aussi (et surtout) devenir un Will Bitten, Brett Lernout, Connor Crisp, Mac Bennett, Joonas Nattinen ou Steve Quailer!

Oui, les chances de faire les séries sont meilleures avec Kovalchuk à Montréal… mais elles demeurent tout de même très petites.

Alors, que fait-on avec Kovalchuk? On y va le tout pour le tout et on dit non à un choix additionnel? On le garde pour se donner une chance et pour faire plaisir aux partisans qui payent très cher leurs billets?

Si on le garde, ça diminuera assurément les chances de voir l’équipe repêcher un joueur aussi exceptionnel qu’Alexis Lafrenière…

Alors, on fait quoi?

On lui offre un contrat pour l’an prochain, même s’il a 36 ans et que l’équipe est en reconstruction/reset? Ne se voudrait-il pas le type de vétérans que tu souhaites avoir pour encadrer les jeunes?

Par contre, je serais surpris de voir Kovalchuk accepter de passer une année complète à Montréal. Il vient d’acheter une maison de 11 millions $ en Californie et sa famille y est toujours présentement. Il est seul à Montréal. Il n’a sûrement pas l’intention de déménager tout le monde au Québec et je doute qu’il ait envie de passer une saison complète loin des siens.

Au final, il n’y a pas de bonne réponse avec Kovalchuk. Sauf que si jamais le CH décide de l’échanger, Marc Bergevin devra être clair et précis avec les partisans. Il devra leur dire que le CH reconstruit. Sinon, la grogne ne fera qu’augmenter…

En rafale

– Que fera-t-on lorsque Brendan Gallagher sera de retour au jeu? Bonne question…

– Brad Marchand a le sens de l’humour.

– Pourquoi ce petit coup de poing avant l’impact, Chris?

– Cole Caufield joue mieux que ses stats individuelles le suggèrent.

– Plusieurs équipes se seraient informées du prix à payer pour faire l’acquisition d’Alexander Georgiev.

– L’Impact aura un nouvel uniforme à l’étranger.

PLUS DE NOUVELLES