Domi a expliqué la raison pour laquelle Julien lui avait « redonné » Drouin

Jonathan Drouin et Max Domi ont été jumelés ensemble lors d’un bref moment pendant le calendrier préparatoire, pour ensuite être séparés à la suite des mauvaises performances du numéro 92. Toutefois, depuis l’amorce de la campagne régulière, Drouin évolue sur la 3 avec Jesperi Kotkaniemi et Joel Armia (avant sa blessure). Drouin rend ses partenaires de trio meilleurs tellement il joue de façon inspirée. Pour ce qui est de Max Domi, même s’il joue sans de réels ailiers (de son niveau), il performe de façon constante, lui qui a neuf points en neuf matchs.

Avec la performance en dents de scie du Canadien contre le Wild dimanche dernier, Claude Julien a profité de cet aspect afin de brasser ses combinaisons, et réunir le duo Domi/Drouin.

Domi l’a clairement indiqué, ce n’est pas ce que Drouin a fait « avant », mais ce qu’il fait maintenant. L’attaquant diminutif arborant le numéro 13 a largement encensé son camarade en mentionnant son éthique de travail irréprochable depuis le lancement de la régulière. Il est plus physique, il se dirige vers le porteur de la rondelle comme un chien qui veut récupérer son os (propos de Domi) et il fait tout sur la surface glacée. C’est excitant à observer pour l’amateur et ses coéquipiers.

Donc, à partir de là, même si Julien a expliqué cette décision rapidement en spécifiant que c’était du « coaching », les raisons présentées par Max Domi nous permettent de comprendre. Julien a capitalisé sur le bon moment afin de passer à l’action et il est conscient qu’un Drouin avec cette mentalité ne fera que créer un duo de choc avec Max Domi. Si la chimie se réinstalle rapidement entre les deux joueurs, ce sont les entraîneurs qui s’en réjouiront. Puis, avec ces deux-là, le visage du top-6 du Canadien ressemble davantage à quelque chose.

Ne reste plus qu’à installer une constance entre eux et l’affaire sera ketchup.

En rafale

– Il est critiqué parce qu’il a pris une décision d’équipe.

https://twitter.com/JFTremblay_LP/status/11873390985975DF80800

– Les Sénateurs n’ont pas de trio numéro 1, 2 ou 3… Donc, on parle de quatre trios numéro 4?

– Voici quelques noms à retenir qui évoluent au sein de la LHJMQ.

– Jusqu’à quel point ça fonctionnera?

– Il y a beaucoup de plaisir chez les Alouettes de Montréal.

PLUS DE NOUVELLES