Alexander Romanov et le Canadien ne discutent pas présentement

Depuis ce matin, le nom d’Alexander Romanov est à la mode. Le défenseur du CSKA fait parler de lui à Montréal puisque les séries en Russie sont terminées en raison de la pandémie mondiale de la COVID-19.

Résultat? Les gens veulent le voir jouer à Montréal dès le 1er mai, au moment où son contrat prendra fin avec le CSKA.

Ceci dit, il est important de rappeler que le défenseur ne peut pas, à moins d’un changement dans le règlement, finir la saison à Montréal, et ce, même si la saison se poursuit après le 1er mai.

Mais ce que le CH peut faire, c’est de négocier avec le clan Romanov afin de le faire venir avec l’équipe en vue de la prochaine campagne. Le seul problème? Les deux clans ne négocient pas présentement.

C’est ce que TVA Sports affirme en marge de ses discussions avec l’agent Daniel Milstein.

Ce qu’il a affirmé, c’est « qu’il en parlera au cours des prochaines semaines » avec le Canadien.

Il a aussi ajouté que son client serait capable de jouer dans la LNH au cours des prochaines semaines. C’est le sentiment général qui en resort depuis plusieurs mois, en fait.

Est-ce que Romanov signera sous peu? Il n’y a pas de certitudes, mais les deux parties travaillent en ce sens. Notons toutefois qu »officiellement, le CH ne peut pas négocier avec Romanov avant le 1er mai. L’inverse serait du maraudage.

Par contre, de la façon dont les choses évoluent présentement pour lui en Russie, les chances de le voir s’entendre avec Marc Bergevin devraient être bonnes.

Prolongation

Questionné à savoir pourquoi son client jouait si peu en séries, l’agent a répondu qu’il se pliait un peu aux demandes de son entraîneur, mais aussi qu’il était un peu blessé.

Est-ce en lien avec sa blessure du mois de janvier? On ne le sait pas.

Et même si ses chances de partir en Amérique seraient de seulement 30 % présentement selon un média russe, on sait qu’il y a de l’eau dans le gaz des négociations présentement. Est-ce bien objectif? Pas forcément, non.

PLUS DE NOUVELLES