betgrw

Dossier Trevor Zegras : « une chance que le CH ne traite pas ses joueurs comme les Ducks »

L’été dernier, Trevor Zegras était un nom qui faisait pas mal jaser à travers la LNH. La raison était bien simple : joueur autonome avec restriction, il n’avait toujours pas de contrat à l’ouverture du camp d’entraînement des Ducks en septembre.

C’est finalement le 2 octobre qu’il a signé un contrat de trois ans à 5,75 M$ par année… mais c’est venu après que la tension entre les deux clans ait fait son chemin sur la place publique.

Sauf que cette saison, c’est difficile pour Zegras sur la glace. L’attaquant des Canards n’a qu’un but et une passe en 12 matchs, lui qui est actuellement sur la liste des blessés.

Au moins, il va pouvoir se changer les idées un peu ce soir, alors qu’il passe la soirée avec son bon ami Cole Caufield (qui connaît lui aussi sa propre léthargie).

Ceci dit, pour expliquer les difficultés de Zegras cette saison, plusieurs possibilités sont sur la table. Du lot, il y a la possibilité que les négociations contractuelles entre Zegras et les Ducks aient envenimé la relation entre les deux clans.

Et ce matin, sur les ondes de BPM Sports, Renaud Lavoie a justement évoqué cette possibilité-là, lui qui y a été d’une déclaration assez forte :

Une chance que le CH ne traite pas ses joueurs comme les Ducks ont traité Trevor Zegras. – Renaud Lavoie

Aux yeux de Lavoie, les Ducks ont manqué de respect à Zegras lors des dernières négos et le but de l’équipe était assez clair : on voulait casser le jeune. Zegras a été forcé d’attendre longtemps avant de signer (dans le but d’être payé à sa juste valeur), si bien qu’il a manqué une portion importante du camp d’entraînement des siens.

Même s’il a gardé la forme loin de l’équipe, ça reste difficile de « repartir la machine » quand tu n’as pas pu t’acclimater à la nouvelle réalité de ton équipe.

Ce qu’on sent, clairement, c’est que la relation entre Zegras et son équipe n’est pas au beau fixe. Est-ce que les Ducks ont voulu lui faire comprendre qu’il n’est plus indispensable avec la présence de Mason McTavish et de Leo Carlsson? Ça se peut.

Gilbert Delorme, lui, se demande si le joueur n’a pas une bonne partie du blâme à porter, Zegras n’ayant pas exactement la meilleure réputation au niveau de la maturité.

Dans tous les cas, ceci dit, on est loin de ce qui se passe à Montréal, où l’organisation s’assure de démontrer à ses joueurs qu’ils sont appréciés. Éventuellement, il faudra peut-être serrer la vis un brin, mais pas au prix de brûler des ponts entre le club et ses meilleurs joueurs non plus, on s’entend.

Tant que le Tricolore n’en vient pas à ce que Lavoie reproche aux Ducks, ce sera une bonne chose.

PLUS DE NOUVELLES