Dominique Ducharme est-il jugé trop sévèrement?

Quand on regarde la saison actuelle du Canadien, on peut rapidement comparer celle-ci à une montagne russe. Après un départ canon, l’équipe a connu sa part de difficultés, ce qui a mené au congédiement de Claude Julien et à l’arrivée en poste de Dominique Ducharme. Depuis, les résultats ne sont pas exceptionnels, mais le CH se dirige néanmoins vers une place en séries.

Pour en revenir à Ducharme, il est évident que ce dernier représente un dossier plutôt émotif pour les partisans de la Sainte-Flanelle. Après tout, on parle de l’entraîneur-chef (par intérim) de l’équipe, un p’tit gars de chez nous qui a gravi les échelons dans l’organisation montréalaise. On voyait en lui l’entraîneur qui redonnerait ses lettres de noblesse au CH, lui qui a gagné partout où il est passé, mais jusqu’à maintenant, les résultats ne suivent pas.

Mais c’est justement sur ces trois mots que je veux attirer votre attention : « jusqu’à maintenant ».

Plus tôt aujourd’hui, Martin Leclerc a publié un excellent billet sur Ducharme. Selon lui, l’entraîneur-chef du Canadien mérite un peu plus de respect. Je vous invite d’ailleurs à lire son argumentaire.

Dominique Ducharme est arrivé en poste pour redresser la barre d’une équipe qui piquait déjà du nez. On lui offrait une formation qui, à défaut de compter sur des talents de premier plan, était remplie de profondeur. Or, il n’a même pas accès à cette profondeur en ce moment en raison du plafond salarial et du nombre de rappels limité.

Est-ce que Ducharme fait un sans faute pour autant? Évidemment, non. Je ne suis pas ici pour vous convaincre qu’il est le meilleur entraîneur de la LNH et qu’il ne se trompe jamais. Or, on parle ici d’un homme qui en est à sa première expérience comme entraîneur-chef dans le circuit Bettman et qui n’a pas accès à toutes ses ressources pour aligner sa formation idéale.

Je ne sais pas qui sera l’entraîneur-chef du Canadien de Montréal pour entamer la saison 2021-22. À vrai dire, bien malin celui qui peut prédire avec certitude de quoi aura l’air cette prochaine édition du Tricolore au plan organisationnel.

Je sais toutefois une chose : Dominique Ducharme n’a même pas dirigé 30 matchs comme entraîneur-chef dans la LNH. Ce serait ridicule de jeter l’éponge sur l’un des entraîneurs les plus prometteurs issus du Québec depuis bon nombre d’années.

Peut-être qu’il ne sera pas l’homme de confiance s’il n’amène pas son équipe en séries. Ce serait une façon de tourner la page sur un chapitre décevant dans l’histoire du Canadien. Or, même si les résultats ne sont pas exceptionnels jusqu’à maintenant, changer les habitudes de l’équipe sous Julien était un long processus. Ducharme le savait, et il a tout de même accepté le défi.

Bref, comme l’écrit avec justesse Martin Leclerc : « Peut-on au moins le laisser travailler en paix? »

PLUS DE NOUVELLES