Deux ans avant de pouvoir retourner au Centre Bell?

Si vous êtes à la recherche de votre bonne nouvelle du jour ou encore de votre dose d’optimisme de la semaine, je vous conseille de fermer cette page immédiatement. Désolé.

Avec le Canada qui n’ouvrira pas sa frontière aux étrangers au mieux avant le 1er juillet, on avait déjà rayé tout scénario impliquant du hockey avant le mois de juillet dans la LNH.

En août? Peut-être, disait Bill Daly hier. Rappelons que la LNH a demandé aux équipes de la LNH de lui fournir les dates de disponibilité de leur aréna pour les mois de juillet et août.

Mais quand on se montre un peu plus rationnel et informé qu’optimiste et aveuglé, on comprend vite que les chances de sauver la saison et/ou les séries 2019-20 sont à peu près nulles dans la LNH.

Yvon Pedneault, tout comme le font présentement les différentes équipes professionnelles, a contacté des spécialistes en gestion sportive au cours des dernières heures et le constat qu’il dresse de ces entretiens est sombre.

First, il faudra bel et bien passer par un retour des activités à huis clos selon les spécialistes contactés par Pedneault. On pourrait devoir attendre deux ans avant de voir le Centre Bell ou le Stade Saputo rouvrir ses portes aux partisans.

« Oublions les assistances, car, avant qu’on fasse fonctionner les tourniquets, ça pourrait prendre deux ans. » – une entreprise qui vient de déposer un rapport détaillé sur le futur à court terme du sport professionnel

Second, les équipes et les différents circuits devront tenter de minimiser les pertes ou d’engranger de petits bénéfices si possible lors de la reprise de leurs activités. Finie la croissance! On devra maintenant gérer une crise, une après-crise, une récession, une contraction, une dépression, une décroissance… peu importe comment vous appelez ça, ça ne sonne pas bien.

Les gens auront moins d’argent à dépenser, ils la dépenseront de façon plus responsable, ils auront peur de se coller les uns sur les autres dans un stade, etc.

« Quand on aura découvert un vaccin, la situation va changer… mais combien de temps prendra-t-on pour inonder le marché avec un vaccin assurant la fin du coronavirus? 12 mois, 18 mois, deux ans? On ne le sait pas. »

Il va peut-être falloir s’habituer à voir les sections du Centre Bell aussi vides.
(Crédit: NHL.com)

Et ne misez pas trop sur les revenus de diffusion (radio et télévision) pour tout payer. Les réseaux médiatiques sportifs vivent une crise eux-aussi présentement. Et même lorsque le hockey sera de retour, croyez-vous qu’ils parviendront à faire entrer autant d’argent en pub et en commandite qu’avant? La réponse est non. Les annonceurs n’ont et n’auront tout simplement plus autant d’argent à investir en marketing.

On pourrait même voir des médias tenter de renégocier leur entente avec la LNH ou la MLS.

Pedneault a aussi indiqué que les joueurs aussi auront peur. Ils ne voudront pas contracter la COVID-19. Ils ne souhaiteront pas se mettre à risque. Pour eux, mais aussi pour leurs proches.

Demandera-t-on aux joueurs de vivre éloignés de leur famille, dans une sorte de retraite fermée, durant le calendrier de leur équipe? On peut facilement imaginer que ça ne passerait pas pour plusieurs d’entre-eux…

Devant toutes ces données, pourquoi n’annule-t-on pas la saison 2019-20 et ses séries éliminatoires au plus vite, question de pouvoir commencer à penser à l’entre-saison et à la prochaine campagne. À l’après-crise.

Pourquoi ne fait-on pas comme plusieurs entreprises d’ici qui acceptent malheureusement d’avoir perdu une grosse partie de leurs revenus et qui pensent désormais à comment ils se sortiront de la crise?

Pourquoi ne se rend-on pas à l’évidence : La crise ne fait que commencer aux États-Unis. Elle ne cessera pas dans les prochaines semaines et elle ne permettra pas une reprise des activités avant TRÈS longtemps…

Ajoutez à tout ça les commentaires d’Horacio Arruda hier, nous disant qu’il fallait utiliser cette pause pour repenser à comment nous allons modifier notre façon de vivre/travailler après la crise et je ne vois pas comment on peut sincèrement penser que tout va être comme avant après…

Nos vies d’avant ne reviendront peut-être jamais.

On ne jouera pas au hockey le dimanche soir de sitôt. Et nos enfants ne pratiqueront pas leur sport préféré avant des lunes. Ils ne s’entasseront pas non plus dans une classe en avril pour apprendre le français ou les maths.

Vite, un vaccin! SVP! Je m’ennuie de mon monde et de ma vie d’avant, moi!

PLUS DE NOUVELLES