betgrw

Depuis quelques années, les Finlandais repêchés rapidement s’adaptent mal à la LNH

Le Championnat mondial junior est toujours excitant pour les partisans et les différents clubs de la LNH.

L’occasion est belle afin de voir en action les meilleurs espoirs au monde, et certains pays sont habitués de connaître beaucoup de succès au tournoi.

Le Canada et les États-Unis en font évidemment partie… Mais, même s’ils ont gagné moins de médailles d’or que les Canadiens ou les Américains, on peut aussi parler de la Finlande et de la Suède comme étant des puissances de la compétition.

Quand on regarde les joueurs qui ont été bons au tournoi, année après année depuis environ 10 ans, on remarque que ces joueurs-là s’adaptent bien au monde de la LNH et qu’ils sont capables de produire au prochain niveau.

On peut penser à Sam Reinhart, Connor McDavid, William Nylander et Max Domi, qui ont participé à l’événement en 2015… 

On peut penser à Auston Matthews et Matthew Tkachuk (2016)…

On peut penser à Kirill Kaprizov, Clayton Keller et Thomas Chabot (2017)… 

On peut penser à Martin Necas, Jordan Kyrou et Brady Tkachuk (2018)…

Vous comprenez le principe.

Mais, par contre…

Quand on regarde les meilleurs joueurs du tournoi, année après année depuis environ 10 ans, on remarque aussi que beaucoup de Finlandais ont brillé au Championnat du monde, sans nécessairement être en mesure de briller dans la LNH.

Kaapo Kakko (2e choix au total en 2019) cherche encore à s’établir comme un joueur d’impact avec les Rangers et se retrouve au cœur de rumeurs de transaction… 

Ville Heinola (20e choix au total en 2019) n’a disputé que 35 matchs en carrière dans la LNH…

Rasmus Kupari (20e choix au total en 2018) ne s’est jamais développé à la hauteur des attentes… 

Olli Juolevi (5e choix au total en 2016) a quitté la LNH l’été dernier pour signer un contrat en Europe… 

Juuso Valimaki (16e choix au total en 2017) évolue sur la troisième paire de défenseurs en Arizona, même si les Coyotes n’ont pas beaucoup de profondeur à la ligne bleue… 

Kristian Vesalainen (24e choix au total en 2017) joue en Suède depuis maintenant deux ans… 

Lassi Thomson (19e choix au total en 2019) a été placé au ballottage au mois d’octobre dernier… 

Urho Vaakanainen (18e choix au total en 2017) fait la navette entre la LNH et la Ligue américaine depuis 2018…

Jesse Ylönen (35e choix au total en 2018) joue comme le Jesse Ylönen que l’on connaît… 

Jesperi Kotkaniemi (3e choix au total en 2018) a de la difficulté en Caroline… 

(Crédit: Capture d’écran – YouTube)

Il est quand même fou de réaliser qu’on parle ici de joueurs qui ont été sélectionnés rapidement au repêchage en raison de leur potentiel, qui semblait être assez élevé à l’époque.

De toute évidence, je ne suis pas en train de dire que les Finlandais ne sont pas bons au hockey. Sebastian Aho, Aleksander Barkov, Roope Hintz, Mikke Rantanen, Miro Heiskanen… Ces joueurs-là font tous partie de l’élite de la Ligue nationale.

Mais on peut quand même se demander pourquoi plusieurs espoirs de la Finlande n’ont pas été capables de s’adapter à la LNH dans les dernières années.

Est-ce une question de coïncidence plus qu’autre chose? Est-ce que tout ça part du programme de développement en Finlande? Est-ce un problème d’attitude, un peu comme Jarmo Kekalainen, qui n’est pas capable de connecter avec ses joueurs? 

Il y en a eu, de maudits bons joueurs finlandais dans l’histoire de la LNH. Saku et Mikko Koivi, Olli Jokinen, Teemu Selanne, Jari Kurri, Esa Tikkanen (et j’en passe)…

Mais on dirait que depuis quelques années, l’étoile de la Finlande est en train de pâlir un peu.

Et le constat est quand même intéressant à partager. 

En rafale

– Ah oui?

– À noter :

– Trop fort.

– Le prix des billets pour le Match des étoiles fait jaser. [Journal de Montréal]

PLUS DE NOUVELLES