Dans l’ombre, Kaiden Guhle a un excellent Championnat du monde

Depuis le début du Championnat du monde, on parle beaucoup de Cole Caufield, qui ne semble pas avoir de plaisir. On parle de Juraj Slafkovsky, qui est clairement à sa place.

On parle même d’Oliver Kapanen, qui roule à fond de train.

Mais on ne parle pas vraiment de Vinzenz Rohrer (pour des raisons évidentes) ou même de Kaiden Guhle. Et pourtant, le jeune stud du Canadien a quand même un bon tournoi à la ligne bleue canadienne.

Dans les faits, depuis le début du tournoi, il a disputé six matchs. Il a récolté un but en plus d’ajouter quatre passes, ce qui l’approche de la sacro-sainte marque du point par match… en plus d’avoir un différentiel positif : +3.

Le voir marquer, comme il l’a fait la semaine dernière, n’est pas vilain.

On le sent aussi impliqué, lui qui s’est porté à la défense de Dylan Cozens hier. Il a mangé une punition au passage (sa seule du tournoi pour le moment), mais ça ne semble pas le déranger.

Il l’a fait pour le club.

Ce qui est intéressant, dans tout ça, c’est ce que cela lui permet de finir la saison en force (et non pas de la finir comme joueur blessé avec le Canadien de Montréal) sous les couleurs de son pays.

Il n’a pas pris la même décision que Nick Suzuki, Samuel Montembeault et Mike Matheson (et ce n’est pas une balle perdue que je lance aux trois autres, qui ont eu sûrement leurs raisons de dire non) et dans son cas, c’était la chose à faire.

Pourquoi? Parce que cela le prépare pour la prochaine saison, qui sera importante, parce que cela lui fait jouer des matchs significatifs… et parce que cela le met sur la map en vue des Olympiques de 2026.

Parce que oui, le principal intéressé veut y participer, comme il l’a dit à Luc Gélinas, qui a obtenu une entrevue avec le joueur.

Évidemment, on ne dit pas qu’il sera le défenseur #1 du Canada aux Jeux. Cependant, s’il performe bien en 2024-2025 et que des gros défenseurs du pays refusent l’invitation du Canada ou se blessent, Guhle peut monter dans la hiérarchie.

À suivre en temps et lieu, donc.

En rafale

– Un nom à retenir.

– À défaut d’être bon sur la glace, il est bon pour s’évaluer.

– Laissons les jeunes se développer.

– Ah non?

PLUS DE NOUVELLES