Confirmer la bonne séquence | Mondial à Montréal

L’effet Samuel Piette n’a pas tardé à faire ses preuves. Sur le terrain comme avec les partisans.

Si tout le monde a vu ce que Piette pouvait amener en tant que milieu défensif durant la Gold Cup, la prudence était de mise lors de son arrivée officielle avec l’Impact de Montréal. Tous voulaient éviter l’histoire classique du joueur qui rentre chez lui avec une tonne de pression et qui n’arrive finalement jamais à livrer la marchandise. Sans oublier qu’il provenait «seulement» d’une troisième division…

Mais parfois, tout va pour le mieux, et Samuel Piette a plus que dépassé les attentes samedi dernier dans son premier match en bleu blanc noir. C’était presque difficile d’y croire, tant on n’a jamais vu de réel #6 sous l’uniforme montréalais, mais Piette a fait exactement ce qu’il devait faire pour être utile à l’équipe, et surtout ce qu’il fait le mieux.

Posté juste devant la défensive, s’offrant en option de passe dès que son équipe est en possession, il trouve toujours le bon équilibre entre la patience du retour vers ses défenseurs ou l’engagement vers l’avant avec une passe qui brise des lignes. Son positionnement est efficace, autant lorsqu’il couvre l’un de ses défenseurs aventurés trop haut que lorsqu’il bloque les contre-attaques adverses. Il le dit lui-même, sa préférence est la destruction du jeu adverse, ce qui permet indirectement une meilleure construction du jeu montréalais.

https://twitter.com/SDono4/status/896571320510664705

Après ce match, est-ce possible de s’enflammer un peu? Au-delà de la convaincante victoire à l’étranger, par jeu blanc de surcroît, Samuel Piette a démontré être exactement la pièce manquante dans le jeu de Mauro Biello. Lui et Patrice Bernier se complètent très bien et permettent à Blerim Dzemaili de se concentrer sur le secteur offensif, où il semble vouloir exceller en MLS. Au final, le mercato de l’Impact n’aura peut-être pas amené de gros nom ou même de gros salaire, mais si Piette s’avère la pièce manquante… Il faudra parler d’une réussite! Considérant que les deux joueurs de l’Impact nommé sur l’équipe d’étoile de la semaine sont arrivés en cours de saison…

Ce que j’ai vu de Samuel Piette à Philadelphie m’a fait penser à un de mes joueurs favori en MLS, vétéran de la ligue et joueur efficace reconnu autant par ses collègues que par les partisans.

C’est évidemment tôt pour la comparaison, mais Piette n’a que 22 ans et démontre déjà une compréhension du jeu et de son positionnement supérieur à la moyenne. Avec la confiance et l’habitude, il pourrait selon moi développer une plus grande confiance offensive et se permettre de non seulement construire la relance offensive, mais également l’appuyer. Si ce match à Philly est annonciateur de quelque chose, c’est que l’Impact vient peut-être de mettre la main sur un #6 efficace et plein de potentiel qui pourra l’aider pour de nombreuses, nombreuses années. Sans oublier qu’il est québécois…

L’arrivée de Piette (même s’il n’a joué qu’un des deux matchs) coïncide avec deux victoires consécutives pour l’équipe, et surtout seulement une deuxième à l’étranger cette saison. De beaux résultats, qui doivent toutefois encore être confirmés avec de bonnes performances à domicile pour qu’on puisse y voir un espoir réel.

Les fameux «matchs en main» qui font tant jaser à Montréal seront d’actualité ce soir alors que l’Impact et le Fire de Chicago seront les deux seules équipes en action avant le week-end. Une victoire et l’Impact pourrait se rapprocher à seulement 2 points de la 6ème place détenue par le Crew de Colombus, avec encore deux matchs de plus à jouer.

Le Fire connaît quelques difficultés récemment, surtout à l’étranger, mais il ne faut pas pour autant les prendre à la légère. Même si quelques vedettes comme Bastian Schweinsteiger pourraient être laissées de côté pour «repos» lors du match de ce soir, je doute que l’équipe de l’Illinois ne fasse «cadeau» de quoi que ce soit aux Montréalais… Prétendre le contraire est un jeu dangereux.

Le Fire a l’une des bonnes défenses de la ligue avec des latéraux très offensifs et techniques en Matt Polster et Patrick Doody. Si les ailiers montréalais laissent trop d’espace, ils en paieront le prix… C’est sans parler des David Accam, Nemanja Nikolic et autres Michael De Leeuw.

Dax McCarthy, justement, devrait patrouiller le milieu central, ce qui nous permettra de le comparer directement à Samuel Piette, qui devrait encore une fois être partant. Mauro Biello a clairement mentionné que s’il n’avait pas le choix de faire tourner l’effectif avec 3 matchs en 8 jours, ce serait probablement lors du match de samedi que certains partants seraient reposés. Il veut la victoire ce soir, et on le comprend.

Même si Biello persiste à vouloir utiliser Lovitz à gauche (qui a d’ailleurs relativement bien fait à Philly), il pourrait être utile de le reposer un peu, tout comme Cabrera, et de renvoyer Kyle Fisher et Shaun Francis dans la mêlée.

Il est évident que Jackson obtiendra le départ. Non seulement il le mérite, mais Matteo Mancosu n’a encore une fois rien fait de bon samedi dernier, et cela même si l’Impact avaient une bonne possession et l’avantage du jeu sur l’Union. Si même ces conditions n’arrivent pas à le sortir de son mutisme, c’est très inquiétant.

Plusieurs ont placé Dominic Oduro dans la même catégorie, mais je ne l’ai pas trouvé si mauvais à Philadelphie. Il revenait bas dans son territoire pour aider Chris Duvall et il a participé à plusieurs relances en déviant le ballon vers Dzemaili et en permettant au jeu de demeurer en vie. Il n’a toujours pas retrouvé sa vitesse, mais je le vois comme partant avant de voir Salazar ou même Romero retrouver l’aile droite samedi prochain.

Ç’aurait pu être Ballou Tabla, mais le jeune homme serait ennuyé par une infection à la gorge… Belle façon de faire passer une suspension en dessous de la table (ou pas). 

Est-ce que l’Impact saura confirmer sa bonne séquence actuelle et obtenir 3 victoires consécutives pour une première fois cette saison?

DANS L’ABRI
– Au moment où l’on apprenait que le triparti Canada, États-Unis et Mexique avait désormais le Maroc comme concurrent pour l’organisation de la Coupe du Monde 2026, la liste des villes candidates pour les trois pays d’Amérique a été rendue publique. 7 villes canadiennes se voient volontaires pour y accueillir un match, mais seulement 4 d’entre elles peuvent compter sur un stade pouvant accueillir plus ou moins 50 000 personnes, ce qui serait le minimum requis par la FIFA pour un événement de cette envergure.

Un match de Coupe du Monde au Stade Olympique?

Cela laisse le Rogers Centre de Toronto, le BC Place de Vancouver, le Commonwealth Center à Edmonton et… le Stade Olympique de Montréal. Le Stade Saputo est également sur la liste préliminaire, mais il faudrait ajouter trop de sièges (qui ne seraient pas nécessairement utile à l’Impact ensuite) pour que cela en vaille la peine. On voit plutôt le Stade Saputo et le Centre Nutrilait comme centre d’entraînement pour certaines sélections, ce qui a de quoi rehausser la candidature de Montréal.

Le Stade Olympique, évidemment, est tout sauf neuf. Certains racontent que sa candidature implique… une absence de toit rendu en 2026. Est-ce réaliste de croire que les différents paliers de gouvernement seraient prêts à investir dans une réfection du Stade au cours des 9 prochaines années? S’il ne s’agit que d’enlever le toit, et d’ainsi pouvoir installer du gazon naturel?

Espérons-le. Autant pour l’événement, que pour nous, Montréalais, un peu tanné de vivre au milieu de cet éléphant de béton encore trop inutilisé…

Au moins, le maire Coderre appuie fortement l’idée!

https://twitter.com/DenisCoderre/status/897581303532593152

Commentez, partagez, et suivez-moi sur Twitter et Facebook.

PLUS DE NOUVELLES