Canadiens/offre hostile : Pierre LeBrun ne serait pas surpris

Chaque année, quelques semaines avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes, l’anticipation est présente : verra-t-on enfin un joueur signer une offre hostile? Depuis Ryan O’Reilly (Flames) en 2013, personne n’ose tenter d’utiliser cette stratégie pour améliorer leur équipe.

L’histoire de Shea Weber avec les Flyers aura fait peur à plusieurs directeurs généraux et au 21e siècle, seulement neuf offres ont été déposées et acceptées. La seule équipe qui a décidé de ne pas matcher l’offre fut les Ducks, en 2007, alors que Dustin Penner s’était entendu avec les Oilers.

Cette saison, plusieurs y croient encore. La situation de Mitch Marner fait particulièrement jaser, alors qu’il serait lui-même ouvert aux offres d’autres formations. Il y a quand même un parralèle à faire…

Pierre LeBrun a été questionné à propos des équipes qui pourraient être susceptibles d’envoyer une telle offre cet été, et il a notamment mentionné le Canadien, précisant qu’il ne serait pas surpris si Marc Bergevin se lançait dans cette aventure.

Est-ce que les amateurs devraient être excités par un tel scénario? Pas nécessairement. Ça dépend du joueur et du prix à payer. À titre de rappel, voici la liste de compensation pour les différents types de contrat. Considérez que le Canadien est éligible à offrir n’importe quelle compensation.

Plusieurs n’y croient tout simplement pas, puisque la formule est faite pour qu’aucune équipe n’ait envie de se départir de quatre choix de premier tour pour un joueur, tout en prenant en compte que les équipes n’ont presque pas le choix d’égaliser l’offre et de créer de l’espace par la suite.

Jusqu’à preuve du contraire, il n’y aura pas d’offre hostile, si nous sommes réalistes.

PLUS DE NOUVELLES