betgrw

Canadien : des duos, des duos… et d’autres duos

Martin St-Louis a souvent affirmé qu’il aimait bien le concept des duos pour ses lignes d’attaque. On parle ici de placer deux gars ensemble et d’y ajouter un troisième élément pour former – eh oui – un trio.

J’aime bien la mentalité, moi aussi.

Malheureusement pour Martin St-Louis, le duo de l’heure dans le monde du sport, il n’est pas à Montréal. Il est tantôt à Kansas City, tantôt à New York, tantôt… un peu partout.

Travis Kelce et Taylor Swift sont juste dans tous nos feeds sur les réseaux sociaux.

Farce à part, ce que j’aime du camp du CH, c’est qu’on voit des duos se former et se déformer, question de voir ce qui fonctionne.

Au début du camp, on avait un duo composé de Nick Suzuki et de Cole Caufield. Et dans les faits, c’est le seul qui a traversé l’épreuve du temps, lui qui est en place depuis le début du camp la nuit des temps.

À la base, à part les deux vedettes, il y avait aussi Sean Monahan avec Kirby Dach, Alex Newhook avec Josh Anderson et Jake Evans avec Joel Armia. J’aimerais qu’Armia fasse un duo avec les chaises de la galerie de presse, mais ce n’est pas moi le coach.

Puis, les duos ont changé récemment. Celui entre Kirby Dach et Sean Monahan s’est brisé quand l’ancien des Flames a grimpé sur le premier trio. Dach a donc été flanqué de Slaf, ce qui formait un autre duo.

Mais attention : aujourd’hui, à l’entraînement, Newhook a quitté son duo (on nous souffle à l’oreille que la séparation ne fera pas autant jaser que celle des Beatles dans le temps) pour s’entraîner sur le premier trio. Ça ferait un petit trio, mais Newhook est bon et rapide.

Est-ce que cela va ramener Monahan dans une chaise (on dit bonjour à nouveau au mot chaise, le grand oublié de mon texte pour le moment) de joueur de centre pendant un temps?

Qu’est-ce que ce sera contre les Leafs en fin de semaine?

Le ton du texte peut avoir l’air moqueur, mais il n’en est rien : j’ai juste du fun à écrire sur le hockey et à décortiquer les concepts de Martin St-Louis, qui fait bien (je le répète) de tenter des expériences. Mathias Brunet, dans un texte publié avant l’entraînement, en glissait justement un mot ce matin.

Pour l’instant, la seule certitude, c’est que Suzuki et Caufield vont jouer ensemble. C’est le cas depuis longtemps et ce sera, à moins d’une surprise, le cas cette année encore.

J’ose aussi croire que Kirby Dach sera au centre.

Mais est-ce que ce sera avec Slaf, comme ça a été le cas hier? Est-ce que ce sera avec Monahan, comme ça a été le cas depuis le début du camp d’entraînement? Qui sait.

J’ai le sentiment que Newhook et Anderson joueront ensemble sur la troisième ligne et que Evans/Armia joueront ensemble sur la quatrième ligne.

Suzuki – Caufield
Dach
Newhook – Anderson
Evans – Armia

J’ai aussi le sentiment que Sean Monahan sera sur l’un des deux premiers trios et que Juraj Slafkovsky sera sur le deuxième ou le troisième. Mais dans les faits, lui donner du temps en duo avec Dach pourrait être dangereux – dans le bon sens du terme.

Dans un tel cas, je pense que Monahan et Rafaël Harvey-Pinard pourraient avoir des rôles dans le top-6. À moins que Tanner Pearson soit sur le deuxième trio, poussant HP sur la trois?

Est-ce que cela va reléguer Brendan Gallagher sur la quatre? Peut-être. À moins qu’il soit sur la trois et que RHP et Pearson se battent pour une place dans le top-6 et une sur le quatrième trio?

En ce moment, on peut croire que Michael Pezzetta et Jesse Ylönen seront en trop… et que les autres qui poussent pour une place, dont Joshua Roy, iront faire des duos ailleurs, comme à Laval. Ceci dit, le camp n’est pas fini.

PLUS DE NOUVELLES