Brian Burke n’a pas été tendre à l’endroit des Maple Leafs dans un podcast

Non, Brian Burke n’a pas la langue dans sa poche. Celui qui est passé par Anaheim, Toronto, Calgary, Vancouver, Hartford, Team USA et plusieurs médias ne s’est jamais gêné pour dire ce qu’il pensait.

Ce n’est pas parce qu’il a désormais 65 ans qu’il va arrêter de le faire.

Durant le weekend, Burke a confié que la signature de Joe Thornton était inutile pour les Maple Leafs (qui rappelons-le, songent à jouer de façon régulière à 11 attaquants et 7 défenseurs).

Invité au podcast Spittin’ Chicklets, l’ancien DG des Leafs a tout simplement avoué qu’il ne voyait pas de fit entre le vétéran joueur de centre et l’équipe torontoise.

« C’est un être merveilleux. C’est un bon joueur, mais il est sur son dernier 9. Il est en train de putter au 17e. Il est encore là et il est encore efficace. Je viens de décrire Jason Spezza. Maintenant, ils en ont deux comme ça (avec Thornton) […] Les Leafs ont bien fait durant la saison morte […] Mais remplacer Kyle Clifford par Wayne Simmonds, ça donnera la même chose que l’an dernier. » – Brian Burke

Thornton et Spezza n’ont beau gagner que le salaire minimum, reste qu’ils apporteront sensiblement la même chose à l’équipe. Ajoutons à ça que les Leafs ont laissé partir Tyson Barrie, Kasperi Kapanen et Andreas Johnsson…

Thornton (41 ans) a récolté 8 points en 7 matchs depuis le début de la saison à Davos (première division suisse). À quoi peut-on s’attendre de lui à Toronto?

Ah ouiBrian Burke a aussi confié durant le même podcast que les Maple Leafs se doivent d’échanger William Nylander.

« Ils ont quatre attaquants qui totalisent à eux-seuls 40 millions $ en salaire annuel, soit 50 % du plafond salarial. Les mathématiques ne fonctionnent pas. Ils doivent échanger Nylander pour mettre la main sur un défenseur (la faiblesse de l’équipe). » – Brian Burke

Ce n’est pas la première fois que quelqu’un nous dit que William Nylander (et son cap hit de près de 7 millions $) devrait quitter la Ville Reine.

Sincèrement, on ne peut pas être en désaccord avec Brian Burke… mais on ne pleurera pas non plus pour les Maple Leafs et leurs problèmes. On va plutôt espérer pouvoir avoir le dessus sur eux lorsque la saison s’amorcera (division canadienne ou non, ils seront nos ennemis).

PLUS DE NOUVELLES