Brian Boyle est prêt à tout pour un retour dans la LNH

La dernière fois que Brian Boyle a disputé un match de hockey, c’était au mois d’août dernier, lorsque les Panthers ont été éliminés en quatre matchs par les Islanders lors de la phase de qualification. Le gros centre avait inscrit un but dans la seule victoire des siens, mais n’a pas déniché de contrat après cette série dans la bulle de Toronto.

Pourtant, il venait de connaître une très bonne saison avec 15 points en 39 matchs – le type de production auquel il nous avait habitué. Il s’agissait toutefois de sa cinquième équipe en quatre ans, et le survivant du cancer voulait passer du temps avec son fils. 

Sauf que la game lui manque énormément. Dans un récent article d’Elliotte Friedman, l’informateur de Sportsnet indique que Boyle continue de se pratiquer et qu’il zieute la LNH en se disant qu’il veut effectuer un retour, après 7-8 mois d’absence.

Brian Boyle se lève tous les matins, conduit son fils à l’autobus vers 7h45, puis va s’entraîner et patiner avec l’équipe junior ou des joueurs Ivy League qui n’ont malheureusement pas pu jouer cette saison. […] Le gros attaquant se tient en forme pour une raison : il veut poursuivre sa carrière de 805 matchs dans la LNH. 

-Elliotte Friedman

Il suivait encore la cadence il y a quelques mois, mais il devra se trouver une formation qui voudra de lui à la mi-saison. Il n’a pas vraiment pas le choix, puisqu’il serait risqué de revenir jouer après une année sabbatique à l’âge de 36 ans.

Boyle est motivé et se sent en forme. Durant la saison morte, plusieurs équipes ont eu des discussions avec lui.

«Je m’ennuie. Je ne pensais pas que ça se passerait ainsi. Je regarde des matchs, et je crois que je peux encore jouer avec comment je me sens. […] Personne ne disait non à la possibilité. Ce serait une chose si tout le monde disait non. C’était plus une attente. Je comprends, ça marche comme ça – tout tombe à l’eau en raison du cap et de la COVID. Mais je sais que je ne suis pas fini, et je suis prêt à tout.»

-Brian Boyle

Le vétéran a également mentionné qu’il analysait le jeu de joueurs plus vieux afin de comprendre comment ils préservent leur corps dans cette nouvelle ligue. Il prend des notes, et compte les appliquer.

Est-ce qu’un club comme les Sabres, qui a grandement besoin de positivisme, pourrait profiter de ses services. Probablement. Pour l’instant, ça demeure à suivre. 

PLUS DE NOUVELLES