Brendan Gallagher est sur la bonne voie pour rebondir cette année

Lors de la saison très difficile que le Canadien a connue l’an dernier, un des joueurs qui a le plus déçu est Brendan Gallagher. L’ailier a seulement inscrit sept buts et honnêtement, on ne le reconnaissait même plus sur la patinoire.

Le numéro 11 était incapable de s’acheter un but et on ne pouvait plus compter le nombre de séquences où un Gallagher frustré regardait vers le plafond. Il a aussi connu la saison la plus indisciplinée de sa carrière, alors qu’il a obtenu 69 minutes de punition en seulement 56 parties.

Tout ça, alors qu’il entamait la première année de son contrat de six ans qui lui rapporte 6.5 millions $ annuellement. 

Mais pour l’instant, il semble que les choses pourraient se replacer cette année.

Premièrement, pour la première fois depuis bien longtemps, Gallagher est en santé. Ses dernières campagnes ont été minées par les blessures et pour un joueur de petit gabarit comme lui, la santé est une clé, surtout qu’il est désormais un trentenaire.

Puis deuxièmement, comme Bruno Gervais l’a mentionné hier sur les ondes de TSN 690, Gallagher semble avoir retrouvé la confiance nécessaire pour connaitre une bonne saison:

Avoir un bon début, après avoir eu un bon été, puis commencer le camp d’entrainement avec confiance, c’est comme ça que tu connais une bonne saison. Je ne dis pas qu’il va avoir une super saison et inscrire 30 buts, mais il va avoir un impact et il va aider l’équipe.

-Bruno Gervais

En effet, le petit ailier semble avoir retrouvé sa touche de marqueur en ce début de camp d’entrainement. Il a notamment marqué lors du match intraéquipe et de la rencontre préparatoire face aux Jets.

Ce ne sont évidemment pas de beaux buts, mais Brendan Gallagher n’a jamais été Cole Caufield. Ce sont des buts de ce genre, des « garbage goals », qui ont fait sa marque depuis son arrivée dans la LNH. L’an dernier, il semblait incapable de marquer des buts de la sorte. Le fait qu’il ait bien commencé son camp est très encourageant.

Avec son gros contrat, valide jusqu’à la fin de la saison 2026-207, le Canadien espère certainement que le numéro 11 retrouve sa forme et reste en santé.

Parce que n’en déplaise à certains, il est impossible à échanger à l’heure actuelle. 

Sa production ne sera jamais à la hauteur de celle d’un joueur qui empoche 6.5 millions $ par année pour qu’une équipe tente de l’acquérir. De plus, le Tricolore ne peut pas se permettre que les blessures rattrapent trop son ailier puisqu’avec Carey Price qui est déjà sur la LTIR, il n’y a pas vraiment de place pour qu’un autre joueur s’ajoute à cette liste à long terme.

C’est la raison pour laquelle Shea Weber avait été échangé.

À ce stade-ci de sa carrière, on ne peut pas espérer retrouver le Brendan Gallagher des beaux jours. Il faut admettre que le contrat que lui a octroyé Marc Bergevin est tout simplement mauvais.

Mais s’il réussit à redevenir un joueur qui apporte de l’énergie, de la combativité, du leadership et une vingtaine de buts, on ne pourra pas vraiment se plaindre.

PLUS DE NOUVELLES